• MÉTÉO
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • DÉCOUVERTE
  • FAITS DIVERS

Une nouvelle salle de lancer de haches ouvrira ses portes fin août près de Reims

Le A l'art Hache ouvrira ses portes à Tinqueux (Marne) le 31 août 2019 / © Document remis
Le A l'art Hache ouvrira ses portes à Tinqueux (Marne) le 31 août 2019 / © Document remis

Depuis deux ans, le lancer de haches fait de plus en plus d’adeptes en France. A la fin de l’été 2019, il sera possible de pratiquer cette activité à Tinqueux (Marne), près de Reims.
 

Par Flore Caron

Il y a ceux qui pratiquent les fléchettes et ceux qui préfèrent quelque chose de moins délicat mais qui défoule peut-être un peu plus : le lancer de haches. Brice Charley a découvert cette activité lors d’un enterrement de vie de garçon et a décidé d’ouvrir sa propre salle à Bétheny il y a un an. Aujourd’hui, il déménage à Tinqueux non loin de Reims dans une salle plus grande (550 m2) avec 12 pistes. L’ouverture du A l’art Hache est prévue pour le 31 août 2019.

« Ce qui manquait, c’était de pouvoir boire un coup », explique Brice Charley.  Il va aussi ouvrir un bar/restaurant à côté des pistes de lancer pour permettre aux gens de rester « Le problème c’est qu’avant, les gens venaient juste pour jouer et partaient tout de suite après. » Le gérant sera toutefois muni d’éthylotests : interdit de manier la hache sous les effets de l’alcool.
 

Un jeu fair-play

Brice Charley accueille des groupes d’amis pour des sorties quelconque ou pour des événements comme des enterrements de vie de jeunes fille ou de garçons. Pour une heure, il faut compter 15 euros par personne. Mais le gérant pratique aussi le Teambuilding [renforcement d’équipes en entreprise ndlr]. Pourtant, il ne s’agit pas d’un jeu de coopération mais selon lui « ça marche très bien parce que les collègues se charrient entre eux ».

« Parfois il y a une petite appréhension », explique-t-il. C’est lui qui se charge d’enseigner cette technique bien particulière aux clients. Certains ont plus de mal que d’autres mais « on y arrive toujours ».

Atypique, ce sport qui permet de se défouler mérite toutefois une ou deux consignes de sécurité. A Strasbourg, la journaliste Caroline Moreau a déjà du enfiler ses chaussures fermées avant de pouvoir poser ses pieds sur la piste. Mais ce n'est qu'un quart d'heure plus tard qu'elle n'a pu se munir de sa hache, le temps qu'il faut pour apprendre les bons gestes et les consignes de sécurité. Ensuite c'est parti pour le lancer : trois coups suffisent normalement pour planter la hache dans la cible. 

D’après Brice Charley, les retours sont très bons : 70% de sa clientèle vient par le bouche à oreille. Le secret ? « Ils s’amusent, c’est tout », rit le gérant. Tous les 3e jeudis du mois, Brice Charley organise un tournoi avec une trentaine de personnes auquel il lui arrive lui-même de participer. Il faut dire qu’il s’est pris au jeu : jusqu’à présent il cumulait deux professions - il est initialement maître d’œuvres en bâtiment - mais à partir du mois d’août, il se consacrera uniquement à sa salle de lancer de hache.


 

A lire aussi

Sur le même sujet

Tournesol géant

Les + Lus