Le président de l'université de Reims Champagne-Ardenne dit non à l'antisémitisme à la fac

Les présidents des universités du Grand-Est et des Hauts-de-France s'unissent contre la racisme. Ils ont cosigné un texte contre l'antisémitisme. Il sera bientôt diffusé aux étudiants et aux membres du personnel universitaire.

Suite à la multiplication des actes antisémites en France, les Marseillais ont répondu à l'appel de rassemblement national pour lutter contre la discrimination sous l'Ombrière du Vieux Port à Marseille (19/02/2019)
Suite à la multiplication des actes antisémites en France, les Marseillais ont répondu à l'appel de rassemblement national pour lutter contre la discrimination sous l'Ombrière du Vieux Port à Marseille (19/02/2019) © MaxPPP
"C'est un appel à la conscience", a déclaré Guillaume Gellé, président de l'Université Reims-Champagne-Ardenne (URCA). "Nous ne pouvons plus fermer les yeux et rester silencieux face à la dégradation de la situation française". Le texte écrit par les trois référentes "racisme et antisémitisme" des universités d'Amiens, de Lille et de Reims, n'épargne pas les universités françaises.

Nous ne pouvons tolérer au sein de nos établissements des discours racistes, antisémites et discriminatoires

"L'humour corrosif de certains milieux universitaires a remplacé l'esprit "potache" et salit la mémoire de millions de morts. "Shoah must go home" a-t-on pu lire sur les réseaux sociaux étudiants", est-il écrit dans cette déclaration - mise en ligne sur le site de l'Union et dont l'AFP a eu copie - qui rappelle les "valeurs humanistes, de respect et de tolérance" de l'université.

"Nous ne pouvons tolérer au sein de nos établissements des discours racistes, antisémites et discriminatoires. Les universités sont au contraire des ressources vivantes au service de la société et de l'humanité. Il leur incombe un devoir d'exemplarité", peut-on lire dans le texte signé par les dix présidents des universités des deux régions Grand-Est et Hauts-de-France. Il sera prochainement diffusé l'ensemble des étudiants et des membres du personnel universitaire.


Les actes antisémites augmentent 


Une initiative qui fait suite à plusieurs actes antisémites. Selon le ministère de l'Intérieur, ils seraient en augmentation, 541 en 2018 contre 311 en 2017

Dernièrement, en marge d'un cortège de "gilets jaunes", à Paris, le philosophe Alain Finkielkraut a été traité de "sale sioniste de m...", le restaurant Bagelstein tagué et les portraits de Simone Veil défigurés de croix gammées.
 
Le 19 février, des rassemblements étaient organisés dans toute la France contre l'antisémitisme. A Reims, les partis politiques et associations se sont réunis la veille, place d'Erlon. 

 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
antisémitisme société université éducation
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter