Reims : elle quitte son appartement HLM à cause d'une invasion de cafards

Une habitante d'un immeuble de Reims a choisi de quitter son appartement HLM qu'elle continue de payer, suite à une invasion de cafards. Le bailleur social dit faire ce qu'il peut. Mais la locataire est prête à porter plainte. 

Les cafards sont apparus dans la cuisine de Julie à Reims.
Les cafards sont apparus dans la cuisine de Julie à Reims. © Julie Blondé - document remis
Les premiers cafards sont arrivés sans crier gare, juste après le confinement dans l'appartement de Julie, situé rue Danielle Casanova à Reims. Un logement social de 54 mètres carré qu'elle paie 336 euros par mois au bailleur social Reims Habitat. Dans son lit, sur le manche de ses ustensiles de cuisine, même dans le frigo, les cafards ont emménagé par dizaines. Rien à voir avec la Métamorphose de Kafka, le récit bien réel que raconte cette femme célibataire qui vit avec son petit chien est glaçant. Sa voisine confirme, elle vit le même enfer depuis le mois de mai. Des nids de cafards sont installés dans cet immeuble aux abords insalubres. 

"Là, ça devient compliqué, explique Julie. Je ne parviens pas à joindre Reims Habitat, il ne se passe rien. On a commencé à en voir juste avant l'été, c’est arrivé après le confinement, cela fait trois mois, ma voisine de pallier aussi. On s’est moquée de moi." Dans sa colère, elle s'est rendue au siège du bailleur pour demander une action curative. Mais depuis, pas de nouvelles. "J’ai appelé la mairie, je me suis renseigné, je pense que je vais porter plainte". En attendant, les cafards sont de plus en plus nombreux. 
 

Des cafards dans le frigo

"Cela peut arriver à n’importe quel moment, dans la douche, les lavabos, quand je cuisine je les vois sur mes manches de casseroles, j’ai déserté l’appartement,  je vis chez ma maman, depuis une semaine. J’ai  de l’eczéma, je ne dors plus la nuit, car on en a retrouvé la nuit. Je suis allée hurler au siège, ils ne peuvent rien faireJ’y habite depuis novembre 2019. C’est la première fois que je vois des cafards dans mon appartement. Le bailleur a procédé à une action mais  cela n'a rien donné. Or, quand on commence à voir ce genre de nuisibles, c’est qu’il y a des nids. Dans les appareils ménagers, frigos. Rien ne les arrête. J’ai acheté des produits couteux. Des bombes. On nous laisse sans réponse depuis trois mois".
 
Les cafards dans l'appartement.
Les cafards dans l'appartement. © Julie Blondé


Dans le courrier qu'elle a adressé au bailleur, et dont nous avons eu copie, Julie précise la situation. Elle affirme que tout l'immeuble est infesté de ces nuisibles. Le bailleur a fait intervenir une entreprise de désinsectisation, "malheureusement ce traitement n'a pas suffi et j'en retrouve de plus en plus chaque jour". "Après multiples appels et mails, restés sans réponse, à Reims Habitat, je me suis déplacée au siège de mon bailleur, Je me suis effectivement énervée suite à l'accueil et au manque d'écoute que l'on m'a réservé".

La jeune femme a dû acheter des boîtes pour enfermer toute sa nourriture, elle ne marche plus pieds-nus chez elle et elle est obligée de laver le sol tous les jours, "ces achats de produits ménagers engendrent des coûts financiers lourds dans mon petit budget". 
 

Le jour où j'arriverai enfin à partir de ce logement infesté par la vermine il va falloir que j'achète des insecticides couteux, sur mes deniers personnels, pour ne pas transporter avec moi ces nuisibles. 

Julie Blondé



Car la gestion de l'après trotte déjà dans sa tête. "Je vais devoir démonter mes appareils électroménagers pour m'assurer qu'il n'y a pas de nid de cafards dedans. Je précise que je tire la sonnette d'alarme par différents mails et appels téléphoniques depuis le mois de juin dernier et la seule chose que l'on me propose c'est de faire intervenir cette entreprise, mais puisque le cœur du problème n'est pas traité ces interventions sont inutiles. Je ne suis pas la seule à me plaindre de ce problème, ma voisine Mme M. en est également infestée dans son logement".
 
Les abords de l'immeuble rue Casanova à Reims.
Les abords de l'immeuble rue Casanova à Reims. © Julie Blondé


Elle évoque le comportement de certains locataires "incapables de mettre leurs poubelles dans le conteneur réservé à cet effet et laissent leurs sacs (non fermés) sur le trottoir ce qui attire guêpes, mouches, chats errants et plus dérangeant des rats. Ma fenêtre de chambre donne sur ces fameuses poubelles ce qui fait que j'ai de nombreux insectes chez moi en plus des cafards sans parler des odeurs. Je REFUSE de vivre dans de telles conditions d'hygiène, et je perds patience !"

"Je souhaite que vous me trouviez un logement décent RAPIDEMENT, je ne paie pas mon loyer en temps et en heure pour cohabiter avec des nuisibles et au milieu des poubelles ! Je trouve totalement inadmissible que vous laissiez un immeuble neuf se laisser infester de nuisibles tels que des cafards sans agir plus que cela !"
 
un cafard au pied de l'immeuble.
un cafard au pied de l'immeuble. © Julie Blondé

 

Reims Habitat promet une intervention rapide

"Nous avons bien conscience de la situation et de la gêne pour nos clients," explique Thibaut Rogier, chargé de communication chez Reims Habitat. "Notre prestataire est déjà intervenu, un premier traitement a eu lieu. Malheureusement, la situation ne semble pas résolue. Nos services sont en veille et réactifs. Nous allons intervenir en début de semaine prochaine sur tout l'immeuble pour régler le problème une bonne fois pour toute." Les immeubles infestés de cafards semblent de plus en plus nombreux. "C'est vrai," ajoute-t-il, "c'est en raison des conditions météo et les fortes chaleurs de ces dernières semaines ont favorisé la prolifération des insectes".     


 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets