Reims : "La nuit, je n'arrive pas à dormir tellement j'ai froid", des locataires du quartier Croix-Rouge en colère à propos du chauffage

Publié le
Écrit par M. F. avec Tristan Vyncke
Plusieurs habitants d'immeubles du quartier Croix-Rouge à Reims ont manifesté en raison de leurs problèmes de chauffage mercredi 24 novembre.
Plusieurs habitants d'immeubles du quartier Croix-Rouge à Reims ont manifesté en raison de leurs problèmes de chauffage mercredi 24 novembre. © Philippe Cocquempot / France Télévisions

Dans le quartier Croix-Rouge de Reims, quelques dizaines d'habitants d'immeubles dotés de chauffage collectif se plaignent du froid. Excédés par l'absence de réaction à leurs plaintes individuelles, ils se sont réunis mercredi 24 novembre pour crier leur colère. Mais le bailleur conteste l'existence d'un problème dans ces immeubles.

Dans les immeubles chauffés collectivement, le bailleur doit garantir un minimum de 19 degrés la journée, et 17 la nuit. Mais selon plusieurs habitants du quartier Croix-Rouge à Reims, on serait souvent loin du compte dans leurs logements. Les températures y seraient insupportables.

"On met des gros pulls, on met des grosses chaussettes. On essaye de faire des gâteaux ou des choses comme ça pour se servir des fours et chauffer un peu, raconte Marie-Thérèse Lopez, une habitante. Dans la salle de bains, on est obligé de mettre un petit radiateur. Des fois, je suis obligée de le mettre dans la salle à manger pour couper le froid."

La situation ne daterait pas d'hier, comme nous le confie un autre habitant qui a grandi dans le quartier, et rêve aujourd'hui de le quitter. "Cela va faire quatre ans qu'on entend parler de rénovations. Cela fait quatre ans que ce n'est pas rénové. Le soir, je rentre à 18h et je suis obligé de mettre le manteau. La nuit, j'ai deux grosses couettes et je n'en ai pas assez", indique-t-il.

Des appartement suffisamment chauffés, selon le bailleur

Mais lorsque les habitants se plaignent, le Foyer Rémois - le bailleur - répond que les appartements sont suffisamment chauffés. Alors ils s'organisent comme ils peuvent. Ils étaient une quarantaine réunis face aux locaux du bailleur social, dans la matinée du mercredi 24 novembre, pour dénoncer leurs conditions de vie.

"On ne se peut pas se permettre d'aérer nos maisons parce qu'on a déjà froid", indique une habitante. "L'électricité a flambé, parce que c'est des chauffages électriques que je mets en plus. Et la nuit, je n'arrive pas à dormir tellement j'ai froid."

Le Foyer Rémois réfute l'existence d'un problème collectif de chauffage, et affirme garantir aux locataires les températures minimales requises. "On peut entendre certaines plaintes avec la sensation de froid que certains peuvent ressentir dans les logements, mais qui aujourd'hui ne sont pas accompagnées d'une prise de température dans le logement", précise Benoît Loiseau, adjoint à la directrice de la clientèle au Foyer Rémois.

L'organisme a tout de même reçu mercredi midi une délégation de quatre habitants pour trouver une solution. "On va poser des enregistreurs chez ces personnes sur une période de huit à dix jours pour pouvoir relever les écarts de température éventuels qui existeraient", précise Benoît Loiseau. Dans les mois à venir, 108 sondes connectées devraient être installées dans le quartier, pour surveiller les températures en temps réel.

En partenariat avec France 3 France Bleu et Make.org

Participez à la consultation citoyenne sur la présidentielle 2022

Faites-vous entendre ! France 3 Régions s'associe à la consultation Ma France 2022, initiée par France Bleu sur la plateforme Make.org. Le but ? Vous permettre de peser dans le débat démocratique en mettant vos idées les plus plébiscitées au centre de la campagne présidentielle.