• MÉTÉO
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • DÉCOUVERTE
  • FAITS DIVERS

Vigilance canicule : que pourrait-on changer à Reims, pour apporter un peu de fraîcheur quand la météo s’emballe ?

Records de chaleur pour ce jeudi 25 juillet 2019 / © Johanna Albrecht / France 3
Records de chaleur pour ce jeudi 25 juillet 2019 / © Johanna Albrecht / France 3

Fermer quatre de ses six voies, ouvrir une ligne express de bus électriques, aménager une véloroute et végétaliser la traversée urbaine, voici quelques une des pistes que l'architecte Jean-Michel Jacquet et son think tank "Droit de Cité" proposent pour atténuer les effets de la chaleur à Reims. 

Par Johanna Albrecht

Les volets sont fermés, le thermomètre affiche 43,3 degrés, la chaîne météo annonce 40 degrés ressentis. Ce mercredi 24 juillet 2019, les Rémois traversent la première journée, de la deuxième vague de canicule de cette année 2019. Même si le vent agite les arbres, c'est de l'air chaud qu'il draine. Et sans climatiseur, trouver un peu de fraîcheur en ville relève de la mission impossible.

Pourtant, pour l'architecte Jean-Michel Jacquet, les températures ressenties à Reims pendant les pics de chaleur pourraient être moins élevées, en aménageant autrement certaines des infrastructures, et en changeant nos comportements. Il a fondé le think tank "Droit de cité", dont le but est de soumettre aux acteurs publics et aux candidats aux élections locales, des propositions de politiques publiques. 

Quel lien existe-t-il entre l'urbanisation et les températures ressenties en ville pendant les canicules ?

"La plupart des villes occidentales ont été faites sur un modèle de développement qui existe depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale : une urbanisation horizontale, où la ville est essentiellement un lieu de transit et de circulation des véhicules. Or, à partir du moment où on a minéralisé les villes, en faisant des routes notamment, on a régénéré un réchauffement. Mais aujourd'hui, on ne peut plus se dire que ces pics de chaleurs sont exceptionnels et ne se reproduiront pas : ça se reproduira, et ça sera de plus en plus fréquent, et violent."

"Pour pallier ça, il faut ramener la nature en ville. Il faut arrêter d'imperméabiliser les sols. Au lieu de faire des grandes surfaces d'enrobés, il faut que l'eau puisse pénétrer dans le sol, que les matériaux n'absorbent pas la chaleur et qu'il y ait une présence végétale très forte. Et il faut aussi que les constructions ne soient pas des passoires thermiques, qu'il y ait des toitures végétalisées, et qu'on introduise une biodiversité urbaine."

Des matériaux qui n'absorbent pas la chaleur ?

"Par exemple, si vous prenez un parking, qui sont des grandes aires de goudron, à la place, vous pouvez avoir des aires de roulement en enrobés drainants, qui récupèrent l'eau. Les places de stationnement peuvent être en matières végétale, en béton perforé, en gravillons. A la clinique de Courlancy, toutes les places de parking sont en gravillons, ça absorbe l'eau et ça n'absorbe pas autant la chaleur que le béton ou l'enrobé."

"Il y a aussi des solutions traditionnelles qui ont été oubliées. Quand on fait des éco-quartiers, est-ce qu'on réfléchit à la circulation de l'air ? On sait que les vents dominants viennent en majorité de l'ouest, il faut donc que la ville soit pensée par rapport à ça, avec une ventilation naturelle. Il faut aussi penser la présence végétale, lorsque l'on conçoit les rues et les places. Les végétaux, les arbres, absorbent la chaleur. Ils apportent du rafraîchissement, de l'humidité et de la biodiversité."
 
Pour Jean-Michel Jacquet, diminuer la surface des axes routiers, comme le boulevard Joffre à Reims, permettrait de gagner en fraîcheur pendant les périodes de canicules / © Johanna Albrecht / France 3 Champagne-Ardenne
Pour Jean-Michel Jacquet, diminuer la surface des axes routiers, comme le boulevard Joffre à Reims, permettrait de gagner en fraîcheur pendant les périodes de canicules / © Johanna Albrecht / France 3 Champagne-Ardenne
 

Qu'est ce qui pourrait être fait à Reims ?

"Du point de vue de l'urbanisme, c'est une ville du passé, du tout-voiture. L'un des grands sujets, c'est la traversée urbaine. Aujourd'hui, c'est un lieu de mobilité : une autoroute [ndlr : la voie Taittinger], un canal et un boulevard. Ça génère du bruit, de la pollution et la ville est coupée en deux. Il faut absolument y remédier."

"Concrètement, sur la voie Taittinger, vous avez actuellement 2x3 voies. Il faut passer à 2x2 voies, et que les autres voies deviennent autre chose : un site propre avec un bus électrique à haut rendement qui fasse Tinqueux-Cormontreuil en s'arrêtant aux intersections et au tramway, et une piste adaptée pour tous les cycles. L'accès à la traversée urbaine devrait être limité: les poids lourds, les gens qui ne sont que de passages pour aller vers le sud de la France ne devraient pas être là. Il faudrait, avec une convention avec la Sanef, que ce soit dissuasif de passer dans Reims."

"Il faut abaisser la vitesse, de 90km/h vers 70, puis 50km/h. Actuellement, pour aller de Tinqueux à Cormontreuil, il faut 5 min 50, à 50km/h, il faudrait cinq minutes de plus. Est-ce que notre santé ne vaut pas ces cinq minutes? Il faut que la collectivité prenne des mesures mais c'est aussi une question de comportement. Si on acceptait de marcher à pied, de prendre le vélo, au moins pour le dernier kilomètre, ça modifierait la structure de la ville et donc son réchauffement. Tout est lié. J'ai des collaborateurs qui habitent à 300 mètres de leurs lieux de travail et qui prennent leur voiture. Ça, un maire n'y pourra rien. C'est une question de société."
 

En dehors de ces grands travaux sur les axes de transports, est-ce que d'autres solutions pourraient améliorer notre quotidiens lors des pics de chaleur ?

"On pourrait imaginer que la ville s'adapte à la température, et qu'il y ait un certain nombre de pratiques qui ne soient plus possibles lorsque la température monte. Avoir une sorte de "chrono-urbanisme". Par exemple, que les horaires de travail puissent changer pendant les canicules. Comme dans les pays méditerranéens, on pourrait dire aux agents de la ville de faire une pause aux heures les plus chaudes."

"On peut aussi imaginer d'installer des brumisateurs dans les rues quand il fait très chaud, comme à Séville en été. Ou encore, créer des ombrières dans les lieux publics : des installations éphémères, les moins minérales possibles, et qui apporte de l'ombre. Voilà, si on arrivait déjà à faire tout ça, ça serait très bien."

 

A lire aussi

Sur le même sujet

Restauration intérieure de la Villa Majorelle à Nancy

Les + Lus