Résultats municipales à Reims : Arnaud Robinet, grand favori, réélu dès le premier tour

Alors que le premier tour des élections municipales s’est déroulé dans un contexte inédit ce dimanche 15 mars, le maire sortant Arnaud Robinet a été réélu avec plus de 66% des voix. Vient ensuite le candidat socialiste Eric Quénard avec 12,26% des suffrages exprimés.
Arnaud Robinet se présente à sa succession à la mairie de Reims, tête de liste de "Reims naturellement" (LR-alliés)
Arnaud Robinet se présente à sa succession à la mairie de Reims, tête de liste de "Reims naturellement" (LR-alliés) © DR
Un résultat sans surprise, pour des élections inédites. Ce dimanche 15 mars, alors que le stade 3 de l'épidémie a été décrété, les électeurs rémois qui se sont déplacés aux urnes ont choisi de réélire Arnaud Robinet (Les Républicains) avec 66,32% des voix. Un résultat conforme au sondage publié il y a deux semaines qui le donnait vainqueur dès le premier tour avec 55% des suffrages. Un score inédit depuis celui du maire Jean Fallala en 1989 et 1995, seul maire de la cité des sacres à avoir été élu dès le premier tour.

Un maire sortant qui a dû se confronter à neuf autres listes. En seconde position, c'est Eric Quénard, conseiller municipal et candidat socialiste, qui a récolté 12,26% des voix. Le candidat du parti présidentiel, Gérard Chemla, a réuni quant à lui 3,29%. Léo Tyburce, du parti écologiste compte 5,65% des suffrafes exprimés. Un résultat supérieur à celui du Rassemblement national, Jean-Claude Philipot, qui récolte 5,50%. 
 

"L'heure n'est pas à la fête"

"Je n’ai pas en tête de fêter quoique ce soit", a réagi ce dimanche soir Arnaud Robinet. Malgré un score très important, l'édile a pris un ton grave. Malgré l'abstention record, "ce n’est pas un résultat faussé, les gens ont pu se rendre danss les bureaux de vote", affirme-t-il. Après avoir salué la campagne de son rival socialiste Eric Quénard, il a affirmé que la priorité était de "pouvoir continuer de pouvoir travailler pour la sécurité sanitaire des Rémois."

Eric Quénard quant à lui, regrette la désunion de la gauche. "Ma première réaction évidemment le taux de participation", a réagi le candidat socialiste. "Cela doit tous nous interroger, malgré le contexte." Et le conseiller municipal de s'interroger : "Peut-être aurait-il fallu les reporter ?" Il dénonce également "une logique de partis", pointant le maintien de la candidature du candidat écologiste Léo Tyburce.

Une accusation que ce dernier réfute : "S'unir avec la gauche n’aurait pas fonctionné non plus. On voit que c'est un schéma inopérant." Selon lui, ce résultat qui amène deux élus écologistes au conseil municipal rémois est "une victoire en demi-teinte, on attendait 15% pour peser réellement sur le scrutin." Et d'ajouter : "Avec deux élus, nous sommes la nouvelles force montante de proposition." Quant à la tenue de l'élection, il réfute : "Ecoutez, elle a eu lieu, les résultats sont là, nous devons être responsables et collectifs."

Malgré un taux d'abstention record, il ne remet pas en cause l'issue du scrutin : "La question ne se pose pas. Robinet a recueilli 66% des voix, je ne conteste ni le chiffre ni le résultat. On sait que la gauche était divisée et on savait que l’élection était délicate."

Concernant les autres listes, voici les résultats : Emmanuel Ludot (0,29%), Hadhoum Belaredj-Tunc (2,11%), Fatima El Houassine (0,85%), Laure Manesse (2,30%) et Thomas Rose (1,37%).


 
 

Contexte d'épidémie

Un score qui se fait dans un contexte particulier. A 20h, le taux de participation avoisinait les 30%. A 17h, le taux de participation dans le département de la Marne est celui qui enregistrait la plus forte baisse par rapport à 2014 : 27,03% en 2020 contre 46,56% six ans plus tôt. Des scores très bas "inédits" selon le politologue Olivier Dupéron, car "après les élections présidentielles, les élections municipales sont celles qui mobilisent le plus les Français".
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
élections municipales 2020 politique élections covid-19 santé société