Une station sismologique sera mise en service en 2020 près de Reims

Le capteur sismique de Ville-en-Selve a été mis en place au fond d'un forage de 12 mètres, dans un coin du cimetière de la commune. / © Réseau RESIF
Le capteur sismique de Ville-en-Selve a été mis en place au fond d'un forage de 12 mètres, dans un coin du cimetière de la commune. / © Réseau RESIF

Le réseau sismologique français installe de nouveaux sismomètres partout en France. Un de ces équipements de pointe a été mis en place à Ville-en-Selve, dans la Marne. Objectif : surveiller l'activité sismique du sous-sol français.

Par Isabelle Griffon

Installée dans un coin du cimetière, à l'écart de la commune, la station sismologique de Ville-en-Selve (Marne) passe presque inaperçue. Un forage de 12 mètres de profondeur y abrite un capteur sismique relié à une armoire technique. Cet instrument de mesure de pointe fait partie du réseau de sismologie Resif dont l'objectif est de mieux surveiller l'activité sismique du sous-sol français.

"Le projet prévoit de densifier le réseau de surveillance en implantant d'ici fin 2020 plus de 150 stations sismologiques sur toute la France", explique Claudio Satriano, sismologue à l'institut de physique du globe de Paris. Jusqu'à présent, les sismomètres n'étaient installés que sur les zones géographiques où l'activité sismique est importante comme les Alpes, les Pyrénées, la Vallée du Rhin ou le massif armoricain. "Il n'en y avait pas ou peu dans les zones où la sismicité est faible, voire très faible, comme le bassin parisien, le nord de la France ou la Champagne-Ardenne", précise le spécialiste des séismes, en charge du projet sur ce secteur.
 
© Ministère de la transition écologique et solidaire
© Ministère de la transition écologique et solidaire

La commune de Ville-en-Selve a été choisie en fonction de sa position géographique, mais aussi de son absence de nuisances sonores. "On cherche des sites éloignés des centres urbains, des industries, des autoroutes, des voies ferrées, des éoliennes, bref de tout ce qui va générer du bruit et perturber les mesures, détaille Claudio Satriano. Mais il faut aussi être proche d'une ligne électrique et d'une ligne internet type ADSL qui nous permettra d'envoyer les données en temps réel. Pour Ville-en-Selve, on devrait passer par la 3G."
 

Une station pour une vingtaine d'années

Il faut aussi que la municipalité soit partante et disponible, ce qui était le cas dans cette commune marnaise de 300 habitants. Des tests y ont été effectués avant que l'implantation soit validée et le forage effectué en août 2018. Reste à terminer le raccordement électrique pour que la station soit enfin opérationnelle dans le courant de l'année 2020. Elle devrait ensuite fonctionner pendant au moins une vingtaine d'années.

© Resif
© Resif

Les données seront disponibles gratuitement pour tous, mais "il faudra certaines connaissances scientifiques pour les décrypter", nuance le sismologue. Associées à celle des autres capteurs sismiques répartis sur toute la France, elles permettront de mieux comprendre les séismes et d'étudier la composition du sous-sol français.

Si la station de Ville-en-Selve était déjà en activité, elle aurait ressenti les ondes sismiques provenant du séisme de Montélimar, car le capteur sismique est extrêmement sensible.
- Claudio Satriano, sismologue

"L'objectif n'est pas seulement de mesurer les petits séismes métropolitains, mais aussi d'utiliser les ondes sismiques produites par des séismes mondiaux, comme au Japon ou en Nouvelle-Zélande pour comprendre ce qu'il y a sous nos pieds", développe Claudio Satriano. Cela nous permettra d'en apprendre davantage sur la structure de la litosphère, de connaître la composition de la croûte terrestre." A terme, ces études apporteront un éclairage non négligeable sur les ressources naturelles disponibles de notre territoire (géothermie, gisements, eaux souterraines).
 

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus