Incendie à Villerupt : la solidarité se met en place

Au lendemain du tragique incendie d'un immeuble à Villerupt causant la mort d'un couple, c'est toute la ville qui se réveille groggy ce 25 décembre. Les habitants ont tenu à être solidaire après cet événement dramatique.

Villerupt se réveille endolorie de la veille. L'immeuble du 2, rue Pouyer-Quertier porte encore les stigmates du tragique incendie. Des traces noires comme cicatrices encore bien ouvertes chez les Villeruptiens. L'incendie qui s'est déclaré vendredi 24 décembre aux alentours de 1 h du matin a fait deux victimes et six sinistrés.

Un incendie destructeur

Toute la ville a décidé de se mobiliser pour venir en aide aux sinistrés. Une famille avec un adolescent de 15 ans, un couple et une femme seule ont été évacuées. Après le drame, la famille avec l’adolescent a été transportée à l’hôpital, avant d'être amené dans un appartement d’urgence fourni par le Centre communal d'action sociale (CCAS) de Villerupt comme solution temporaire. La famille a également reçu un bon de 120 euros pour acheter des produits de première nécessité, de la part du CCAS.

Parfois, on peut ramener des papiers ou un téléphone, mais là c’est tellement détruit que c’est difficile de trouver quelque chose d’intact.

Dorian Paumard, Lieutenant Sdis 54

Tout au long de la journée, de nombreux pompiers ont été encore mobilisés sur les lieux. Pour le lieutenant Sdis 54, Dorian Paumard, les dégâts sont considérables : "Il ne reste pas grand-chose. Tous les planchers sont partiellement effondrés, voire totalement effondrés". Et les familles ont tout perdu : "Malheureusement, dans les débris quasiment tout est détruit. Parfois, on peut ramener des papiers ou un téléphone qu’on peut trouver par hasard, mais là c’est tellement détruit que c’est difficile de trouver quelque chose d’intact."

Un élan de solidarité collectif

Pour venir en aide à cette famille, le maire et son équipe leur ont fourni de quoi se vêtir et se nourrir pour essayer de ne pas penser, au moins pour quelques heures, au terrible drame qu'ils viennent de vivre. Des cadeaux leur ont été aussi déposés pendant la journée du 24 décembre. La femme seule sinistrée, elle, n'a pas eu à être pris en charge par la ville, étant accueillie par son frère. Quant au couple, le maire de Villerupt, Pierrick Spizak ignore leur situation actuelle.

Les habitants ont aussi voulu faire partie de cet élan de solidarité. Nombres d'entre eux ont d'ailleurs contacté les élus mais ces derniers ne les ont pas encore sollicités. Une réunion est prévue lundi 27 décembre pour permettre de lister les besoins des sinistrés. A l’issue de cette réunion, un appel à la générosité sera probablement lancé auprès des habitants mais pendant ce week-end de fêtes, les membres de l’équipe municipale seront les seuls interlocuteurs des familles.

Mais cette aide avait déjà commencé au moment du drame, à l'image de Sandra Duarte Pereira, commerçante toute proche de l'immeuble touché par les flammes. Lors de l'intervention des pompiers, elle est venue en aide à des connaissances de la famille présente sur place : "Je leur ai offert des boissons. C'est la moindre chose que je puisse faire. Ils savent où je suis et s'ils ont besoin, je serai là". 

La commerçante espère d'ailleurs réunir ses forces avec les autres commerçants des alentours : "J'ai vu qu'il y avait des appels aux dons sur les réseaux sociaux pour la famille avec un enfant, des vêtements, de l'alimentaire. Ils ont tout perdu. Toute aide sera bienvenue, je pense que c'est une chose qu'on pourra mettre en place avec tous mes collègues commerçants".

L'actualité "Faits divers" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
L'actualité "Faits divers" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité