Action des militants écologistes engagés dans la défense de l'agriculture, "on doit pouvoir se nourrir sainement"

Des militants écologistes ont mené une action dans les supermarchés de la banlieue de Nancy (Meurthe-et-Moselle) ce samedi 9 mars 2024. Ils dénoncent le coût élevé des produits et le faible prix de revient aux agriculteurs.

Les écologistes du Grand Nancy marquent leur soutien aux paysans. Ils étaient dans un supermarché à Frouard, dans la banlieue de Nancy, cet après-midi, samedi 9 mars 2024. "On n’a même pas vu les vigiles". 

VIDEO. Les écologistes ont changés les étiquettes de quelques produits samedi 9 mars.

durée de la vidéo : 00h00mn32s
Des militants écologistes se sont rendus dans un supermarché près de Nancy (Meurthe-et-Moselle). Ils ont symboliquement changés les étiquettes. ©Augusto Olalde, les écologistes du Grand Nancy.

Un kilo de tomates françaises : un euro revient au paysan et le consommateur lui paye 6,95 € dans le supermarché. Un bénéfice de 700 % ce n’est pas normal.

Augusto Olalde, Co-secrétaire du groupe local les écologistes du Grand Nancy

L'action des militants s'est principalement centrée sur une enseigne qui représente une des principales parts de marché en France. "Il est clair qu’il y a une distorsion entre les paysans, et les prix payés par les consommateurs. On a vu cet après-midi avec un kilo de tomates françaises : un euro revient au paysan et le consommateur lui paye 6,95 euros dans le supermarché. Un bénéfice de 700 % ce n’est pas normal. Où est-ce que va l’argent des bénéfices ?", raconte Augusto Olalde, 69 ans, co-secrétaire du groupe local les écologistes du Grand Nancy.

Tout le monde, et donc toutes les classes sociales, restent concernées par la nécessité de manger moins cher. Et pourtant, "on doit tous pouvoir se nourrir sainement. La plupart des précaires achètent des produits de moins bonnes qualités parce qu’ils sont moins chers. On lutte pour une agriculture bio sans pesticides", ajoute Augusto Olalde joint par téléphone par France 3 Lorraine.

Transition écologique

Dans un rapport publié au mois de février, le Réseau Action Climat (RAC) a analysé le poids de la grande distribution dans notre empreinte climatique, le secteur représentant 15 % des émissions de gaz à effet de serre.