Affaire Mia : Basile, l'un des faux éducateurs arrêté en Meurthe-et-Moselle a été mis en examen et placé en détention

Dans un communiqué publié ce lundi 26 avril, le procureur de la République de Nancy indique qu'un des suspects, dans le cadre de l'enlèvement de la petite Mia, a été arrêté, mis en examen et placé en détention provisoire. Il s'agit du dénommé Basile, l'un des faux-éducateurs lors de l'enlèvement.

C'est sur la communes des Poulières, près de Bruyères dans les Vosges que Mia a été enlevée le 13 avril 2021.
C'est sur la communes des Poulières, près de Bruyères dans les Vosges que Mia a été enlevée le 13 avril 2021. © Grégory Boileau - France Télévisons

Il était le dernier homme recherché dans l'affaire de l'enlèvement de Mia. Dans un communiqué envoyé à la presse ce lundi 26 avril 2021, François Perain, le procureur de la République de Nancy, confirme l'interpellation, samedi 24 avril, de Basile (personne désignée par ce pseudonyme par les autres mises en examen) alors qu'il se trouvait à son domicile à Dieulouard (Meurthe-et-Moselle). Placé en garde à vue, il "a nié toute implication dans le déroulement de l’enlèvement de la jeune Mia et usé de son droit au silence" indique le procureur. "Il a donc été présenté ce jour, le 26 avril 2021, devant le juge d’instruction de la JIRS de Nancy qui l’a mis en examen pour enlèvement de mineure de 15 ans en bande organisée et association de malfaiteurs en lien avec un enlèvement aggravé." Il a ensuite été placé en détention provisoire.

Dans son communiqué, François Perain précise que "Basile est né en 1977. Il perçoit le RSA. Il déclare avoir assuré l’activité indépendante de "coach mental" de 2013 à 2019."

"Pendant son interrogatoire de première comparution, il a reconnu sa participation active à l’enlèvement" explique le communiqué en ajoutant que "Bruno et Basile ont reconnu tous deux avoir effectué une reconnaissance dans les Vosges trois semaines avant les faits pour repérer les lieux, Basile a reconnu avoir participé à des visio-conférences préparatoires. Lors de l’enlèvement, Basile a reconnu s’être fait passer pour un faux éducateur. Basile a reconnu avoir accompagné à pied la mère et l’enfant lors du franchissement de la frontière franco-suisse. Basile a reconnu que Bruno l’avait bien déposé à son domicile à Dieulouard, et ce, après la commission de l’enlèvement."

Une seconde personne, Bruno, "est actuellement présenté au juge des libertés et de la détention qui doit statuer sur une mesure des sûreté" précise le communiqué. Il s'agit de savoir si elle sera placée sous contrôle judiciaire ou détention provisoire.

Huit interpellations

Depuis le début de l'affaire Mia, huit personnes ont été interpellées et mises en examen. Notamment Lola Montemaggi, la maman de Mia, présentée à un juge d'instruction vendredi 23 avril. La jeune femme, âgée de 28 ans, est mise en examen pour "enlèvement de mineure de 15 ans commis en bande organisée" et "soustraction d'enfant hors de France". Elle est également placée en détention provisoire.

Les autres mises en examen pour "enlèvement de mineur en bande organisée" mais aussi "association de malfaiteurs" concernent Sylvain P. (surnommé Pitchoun, 58 ans, Paris), Adrien B., (Bouga, 42 ans, Doubs), Clément R., (Corbeau, 23 ans, Seine-et-Marne), Bruno B., (60 ans, Meurthe-et-Moselle) et enfin Fabrice S. (41 ans, un Français installé à Fribourg en Suisse).

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
faits divers justice société