Coronavirus : la Banque Alimentaire prépare des colis d'urgence pour les plus démunis

Avec l'arrêt de l'activité de certaines associations caritatives, la Banque Alimentaire doit gérer la crise et continuer à approvisionner les plus précaires malgré l'épidémie. A Vandoeuvre-lès-Nancy, les bénévoles confectionnent tous les jours des colis d'urgence pour tout le département.
Habituellement, dans ces entrepôts de la Banque Alimentaire de Vandoeuvre-lès-Nancy, les bénévoles trient les denrées qu'ils ont préalablement récupérés auprès des hypermarchés du département. Mais ce mardi 31 mars 2020, comme depuis le début de la pandémie de Covid19, les habitudes n'existent plus. Il faut faire à l'urgence, celle de distribuer de la nourriture à ceux qui en ont le plus besoin en l'absence d'associations relais, comme les Restos du coeur, qui ont dû suspendre une partie de leurs activités.

Il a fallu se réorganiser pour faire face à la demande mais on a des bénévoles, on y arrive.
- Geneviève Pupile, directrice de la Banque Alimentaire 54

Plusieurs centaines de colis par jour 

Les bénévoles de plusieurs associations ont groupé leurs forces pour cette nouvelle mission d'urgence. Les plus âgés devant rester confinés, d'autres volontaires les ont rejoints.
C'est le cas de Christina Gualandi, 19 ans, étudiante en histoire de l'art qui voulait se rendre utile malgré le confinement. Tous les jours, avec les autres, elle confectionne des centaines de colis. A l'intérieur des produits de première nécessité comme des pâtes, du riz, du café, des biscuits, uniquement des produits secs.

Hier on a réalisé 600 colis et ce matin déjà 200!
- Christina Gualandi, bénévole

Ces colis sont ensuite livrés au Centre Communal d'Action Social de Meurthe-et-Moselle qui se charge à son tour de redistribuer la nourriture aux plus fragiles.

Des livraisons pour les plus isolés 

Pour les personnes les plus isolées, là encore des bénévoles sont toujours à pied d'oeuvre. C'est le cas de ceux de l'association Relais Villes et Villages qui livrent à domicile. Ils peuvent ainsi ramener des produits frais, des fruits, des yaourts et du fromage.
Pour Patrick Duhem, un habitant de Vézelise qui ne peut plus se déplacer, voir arriver quelqu'un de dévoué avec de la nourriture après plusieurs jours d'absence c'est une bénédiction. C'est les yeux humides qu'il a chaleureusement remercié celui qui venait frapper à sa porte.

Ça fait plaisir de voir des gens qui se soucient encore des autres.
- Patrick Duhem, bénéficiaire 

Malgré ou à cause de la pandémie, les bénéficiaires sont toujours là et ils ont plus que jamais besoin de notre aide.
 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
covid-19 social économie solidarité société santé