REPLAY. Elections départementales 2021 en Meurthe-et-Moselle : ce qu'il faut retenir du débat

En Meurthe-et-Moselle, seul département du Grand Est resté à gauche, les électeurs seront appelés à renouveler l’assemblée départementale. Ce lundi 7 juin 2021, France 3 Lorraine vous a proposé un débat entre quatre candidats. A voir en replay ci-dessous.

Le bâtiment du conseil départemental de Meurthe-et-Moselle à Nancy. (Archive)
Le bâtiment du conseil départemental de Meurthe-et-Moselle à Nancy. (Archive) © France 3 Lorraine

Face à trois adversaires de droite, on aurait pu penser qu’elle allait ferrailler pour défendre son bilan et celui de sa majorité de gauche au département. Mais Valérie Beausert-Leick (Union de la Gauche et des Ecologistes) n’a pas eu à forcer dans un "débat" où personne n’a haussé le ton.

La présidente sortante PS du conseil départemental de Meurthe-et-Moselle a débattu face à trois opposants de la droite et du centre.
La présidente sortante PS du conseil départemental de Meurthe-et-Moselle a débattu face à trois opposants de la droite et du centre. © Emmanuel Bouard/France 3 Lorraine

Elle ne pensait pas prendre autant la lumière lorsqu’elle a accédé à la présidence du conseil départemental de la Meurthe-et-Moselle l’an dernier. Elle en assume le bilan, et celui de vingt-trois ans de majorité rose-rouge. Pour preuve "90% de nos propositions ont été votées également par la droite"résume la présidente en guise de bilan, parce que "nous avons de belles politiques qui collent au besoin des habitants et des territoires", citant avec application "les 90 millions d’investissement annuels en marchés publics, la charte agricole de 350 000 euros chaque année pour soutenir les productions locales, le bon bilan des collèges nouvelle génération" ou encore "la création au 1er janvier 2022 de l’agence d’attractivité" qui viendra soutenir l’action économique.

Valérie Beausert-Leick (PS) a succédé à Mathieu Klein à la tête du conseil départemental de Meurthe-et-Moselle en 2020.
Valérie Beausert-Leick (PS) a succédé à Mathieu Klein à la tête du conseil départemental de Meurthe-et-Moselle en 2020. © Emmanuel Bouard. France Télévisions

 

Opposition molle

Sur ce terrain, son opposant en chef, Luc Binsinger, tente de tacler d’entrée, sans grand succès, puisqu’il reconnait que "les politiques traditionnelles du département sont bien menées, notamment en ce qui concerne la solidarité". Son mot d’ordre pour 2021 : l’action économique et la sécurité, qui ne figurent ni l’une ni l’autre dans les compétences directes du département.

"Monsieur Binsinger a siphonné notre programme" glisse avec malice Grégoire Eury, l’invité RN du plateau, conseiller régional sortant, candidat à l’élection départementale dans le canton de Nancy 1. Pourtant il voit bien son mouvement  "gagner le département". Carrément ! Alors qu’il n’a aucun élu sortant, et qu’il parait bien loin de pouvoir en gagner un, malgré les "40% de votes RN" revendiqués par le conseiller régional lors de précédentes élections. "Mathieu Klein refusait de me serrer la main lors des cérémonies publiques" regrette-t-il.

Grégoire Eury (RN) est venu défendre les positions de son mouvement politique.
Grégoire Eury (RN) est venu défendre les positions de son mouvement politique. © Emmanuel Bouard. France Télévisions

Pas trop vexé, il ne tombe que rarement dans l’attaque frontale. Il réclame "des caméras de sécurité et des personnels de sécurité" devant les collèges, reprenant la rhétorique habituelle du parti d’extrême-droite.

Bilan en trompe l'oeil

Luc Binsinger regrette "trop de satisfecit de la gauche, et un bilan en trompe l’œil". Le plan collège est une "opération de com de 330 millions d’euros", avec moins de la moitié des crédits dépensés. Avec son équipe aux commandes, il promet de remplacer la signalétique verticale routière d’ici fin 2022, car c’est un drame pour la sécurité routière "mais la majorité des panneaux routiers sont illisibles" dans le département.

Luc Binsinger est le chef de file de l'Union du Centre et la Droite aux élections départementales.
Luc Binsinger est le chef de file de l'Union du Centre et la Droite aux élections départementales. © France Télévisions

Aux affaires, la présidente sortante peut dérouler le tapis. Elle défend l’action dans la réfection des collèges, réclame la possibilité d’expérimenter le revenu de base (la fusion des aides sociales) "comme 17 autres départements, afin de lutter contre le non recours aux droits et pour répondre à l’urgence sociale et économique", et face aux molles critiques de la droite sur "la pauvreté qui n’a pas baissé dans le département en vingt-trois ans" elle oppose un "département connu et reconnu au niveau national dans la lutte contre la pauvreté, sur lequel le gouvernement s’appuyé en exemple".

A l'école

Une pierre dans le jardin de Jean Lopes, proviseur du lycée Majorelle de Toul dans le civil, nuancé "Union de la Droite et du Centre" par la préfecture mais qui s’est déclaré LREM dans un canton (Neuves-Maisons) où l’UDC n’a pas présenté de candidat. Que vient faire Jean Lopes dans le débat ? Il s’est égaré, sans aucun doute. Sa seule pique à sa collègue proviseure : "on cite en exemple la rénovation du collège Jean Lamour de Nancy, mais tout le monde n’a pas la chance d’y être scolarisé".

Jean Lopes revendique son appartenance à LREM dans le canton de Neuves-Maisons, où il n'aura pas à affronter de candidat de la droite et du centre.
Jean Lopes revendique son appartenance à LREM dans le canton de Neuves-Maisons, où il n'aura pas à affronter de candidat de la droite et du centre. © Emmanuel Bouard. France Télévisions

Trop facile pour Valérie Beausert-Leick, qui rétorque "que les collèges rénovés consomment 60% d’énergie en moins, de l’argent qu’on peut affecter à d’autres budgets". Elle a réponse à tout, quand Luc Binsinger se trompe d’élections visiblement en comparant les départementales à vingt-trois cantons "à une élection municipale avec vingt-trois quartiers". Et le candidat déclaré au fauteuil suprême se fait même doubler par la droite, quand Grégoire Eury déclare que "la gauche a confisqué depuis trop longtemps notre département". Même si sa majorité est maigre (trois sièges), la gauche y croit encore, dans un débat de faible intensité où la campagne se joue sur Twitter plus que sur les marchés.

Pour être élu au premier tour, deux conditions : obtenir plus de 5o% des voix exprimées et au minimum 25 % des voix de tous les inscrits. Pour passer au second tour, il faut cette fois rassembler au moins 12,5% des voix, là encore des électeurs inscrits sur les listes électorales. Si aucun des candidats ne franchit cette barre, seuls les deux premiers sont qualifiés pour le second tour. Lequel second tour voit logiquement la victoire du candidat qui arrive en tête.

Le replay du débat dans quelques minutes

C’est lui qui s’occupe de la protection des plus fragiles : des bébés, aux personnes âgées mais aussi des personnes handicapées, démunies en distribuant des allocations comme le RSA. Les solidarités au sens large représentent un champ d’action essentiel du département.

Il gère aussi les collèges, les pompiers. Et les routes départementales. En Meurthe-et-Moselle, 3.200 km de routes départementales, sur plus de 1.500 ouvrages d’art sans oublier le déneigement hivernal.

On le sait moins mais le département a aussi des compétences culturelles par exemple il finance certains équipements comme le château de Lunéville ou le site départemental de Sion et peut promouvoir le tourisme. Enfin, c’est un acteur du rééquilibrage entre ville et communes rurales.

Depuis 2015, le conseil général est devenu le conseil départemental. La Meurthe-et-Moselle compte 23 cantons. Désormais, on élit plus un seul conseiller général mais un binôme de conseillers départementaux. Une femme un homme, parité oblige et un binôme mixte de remplaçants. On compte donc 46 élus au conseil départemental de Meurthe-et-Moselle.

Les candidats dans les 23 cantons :

Baccarat

1. M. MARCHAL Michel et Mme PAYEUR Valérie (UCD)
2. M. LEJAL Lucien et Mme PELGRIN Françoise (RN)
3. M. BUZELIN Valentin et Mme LELOUP Gwenolé (UGE)

Entre Seille et Meurthe

1. Mme CHARTON Cécile et M. VIGNERON Florent (RN)
2. Mme BOURSIER Catherine et M. CAPS Antony (UGE)
3. M. BISTON Sébastien et Mme HASSLER Cyrielle (UCD)

Grand Couronné

1. M. DESSEIN Jean-Pierre et Mme KRIER Catherine (UCD)
2. Mme FLEURET Nathalie et M. HAACK Jean-François (RN)
3. Mme BASTIEN Marie-Christine et M. BEN ISMAIL Zyede (UGE)

Jarny

1. Mme FIAT Caroline et M. ZANARDO Jacky (UGE)
2. Mme BLAISON Emelie et M. SIMON Jordan (UCD)
3. Mme FRICQUEGNON Anne et M. MUCCI Luigi (RN)

Jarville-la-Malgrange

1. M. KOWALSKI Philippe et Mme MIROULT Stéphanie (UGE)
2. M. BINSINGER Luc et Mme LEMAIRE-ASSFELD Sabine (UCD)
3. Mme BARBAUX Orianne et M. BIHAKI Grégory (EXG)
4. Mme AUBERTIN Lylou et M. CURTI Gwendal (RN)

Laxou

1. Mme ENGEL Nathalie et M. GARCIA Laurent (UCD)
2. M. BAUMANN Pierre et Mme BEAUSERT-LEICK Valérie (UGE)
3. M. BERTRAND François et Mme HAACK Isabelle (RN)

Le Nord-Toulois

1. Mme LALANCE Corinne et M. LOCTIN Jean (UCD)
2. Mme SPITZ Marie-Catherine et M. ZORZI Michael (RN)
3. M. FOURRIERE Denis et Mme JARROUSSE Chantal (UGE)

Longwy

1. M. GERONDI Aurélien et Mme RODIO Jennifer (RN)
2. M. DIDELOT Gérard et Mme FERRARO Muriel (UCD)
3. Mme BALON Sylvie et M. HAMEN Vincent (UGE)

Lunéville-1

1. Mme DASSO Clémentine et M. L'HÔTE Benoit (DIV)
2. M. MANAI Mael et Mme MARTIN Corinne (RN)
3. Mme HOUCHARD Marie-Neige et M. VALOIS Thibault (UGE)
4. Mme HUGO-CAMBOU Alexandra et M. VARIN Christopher (UCD)

Lunéville-2

1. M. BAZIN Thibault et Mme LASSUS Anne (UCD)
2. M. BARLIER Sylvain et Mme LECANTE Dominique (DIV)
3. Mme MATHIS Evelyne et M. SONREL Christophe (UGE)
4. M. GILLES Philippe et Mme PERRIN Blandine (RN)

Meine au Saintois

1. Mme HENON Cinthya et M. KLEIN Jérôme (UCD)
2. M. KIEFFER Denis et Mme THIRION Barbara (UGE)
3. Mme MERCIER Marie-Catherine et M. MORENVILLIER Philippe (RN)

Mont-Saint-Martin

1. M. DE CARLI Serge et Mme POPLINEAU Monique (UGE)
2. Mme LEMOINE Angélique et M. PLUNTZ Sébastien (RN)
3. M. GILLARDIN Eric et Mme LEFEBVRE Karine (UCD)

Nancy-1

1. M. LABAT Joe et Mme WAWRZYNIAK Virginie (DVG)
2. Mme AL KATTANI Marie et M. MARIETTE Sylvain (UGE)
3. M. DAP Matthieu et Mme MAYEUX Sophie (UCD)
4. M. EURY Grégoire et Mme GRESSOT Clotilde (RN)

Nancy-2

1. Mme HADRIE Carina-Anne et M. ROUYER Olivier (UCD)
2. M. CHAUVIERE Fabrice et Mme NOURRY Nathalie (RN)
3. Mme KHIROUNI Chaynesse et M. PERRIN Anthony (UGE)

Nancy-3

1. Mme MELET Patricia et M. VIOLA Baptiste (RN)
2. M. ADAM Lionel et Mme SILVANI Silvana (UGE)
3. Mme DAHOUN Amina et M. GRANDJEAN Denis (REM)
4. M. GABRIEL Jean-François et Mme MILLET Prisca (UCD)

Neuves-Maisons

1. M. BELLORINI Anthony et Mme GRANDBARBE Nathalie (RN)
2. Mme BARDOT NORMAND Audrey et M. SCHNEIDER Pascal (UGE)
3. Mme GUICHETEAU Isabelle et M. LOPES Jean (UCD)

Pays de Briey

1. M. CORZANI André et Mme LUPO Rosemary (UGE)
2. M. HALFTERMEYER Remy et Mme MANGEON Anaïs (RN)

Pont-à-Mousson

1. M. BOURG Eric et Mme RIBAU Angelina (RN)
2. Mme CURINA PRILLIEUX Marlène et M. PIZELLE Stéphane (UCD)
3. Mme BARREAU Jennifer et M. BERTELLE Bernard (UGE)

Saint-Max

1. M. COLIN Jérôme et Mme DUQUENOY Nicole (RN)
2. M. PENSALFINI Eric et Mme SCAGLIA Sylvaine (UCD)
3. Mme CADET Nadine et M. RUHLAND Grégoire (UGE)

Toul

1. M. MARTIN-TRIFFANDIER Emilien et Mme PILOT Michèle (UGE)
2. Mme CHOPIN Catherine et M. SIMONIN Hervé (UCD)
3. M. BOULOGNE Anthony et Mme DI REZZE Muriel (RN)
4. M. CHENOT Tony et Mme LEPINE Sabine (UCD)

Val de Lorraine Sud

1. M. MAILLOT Olivier et Mme MULLER Caroline (RN)
2. Mme AMAH Marie-José et M. LAMOTTE Séverin (UGE)
3. Mme OBJOIS Martine et M. RACKAY Christophe (UCD)

Vandoeuvre-lès-Nancy

1. M. SAINT DENIS Marc et Mme THOMAS Sandrine (UCD)
2. Mme CLAUVELIN Aline et M. HENRY Guy (RN)
3. Mme CRUNCHANT-DUVAL Sylvie et M. HABLOT Stéphane (UGE)

Villerupt

1. Mme CRUCHANT Marie et M. MEYER Jonathan (RN)
2. Mme SILVESTRI Annie et M. TROMBINI Bruno (UGE)
3. Mme BODET Judicaële et M. KARLESKIND Frédéric (UCD)

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
élections départementales 2021 politique élections