EN IMAGES. Des archéologues révèlent les vestiges d’un site industriel en Meurthe-et-Moselle

Publié le

Depuis le 20 avril 2022, une équipe d’archéologues de l’INRAP mène une fouille à Liverdun, près de Nancy, dans un ancien site métallurgique de la fin du 19ème siècle. Le but, documenter les vestiges de ce témoin de la révolution industrielle avant leur destruction pour l’aménagement d’habitations.

Vivez le Festival Interceltique : Le Festival Interceltique de Lorient 2022

Depuis plusieurs semaines, une équipe de l’INRAP, l’Institut national de recherches archéologiques préventives, mène une fouille à Liverdun (Meurthe-et-Moselle). À la demande de l’État, les archéologues ont mis au jour un ancien site industriel datant de la fin du 19ème siècle.

Un témoin du passé sidérurgique lorrain

On croirait voir des ruines gallo-romaines, mais ces vestiges du 19ème siècle sont les témoins du glorieux passé sidérurgique de Liverdun.

En 1865, plusieurs centaines de personnes travaillaient dans les forges de la ville. Aujourd’hui, il ne reste plus que les fondations de cette usine de production de fonte de 20 hectares.

En parallèle de l'ancienne usine, nous avons aussi trouvé des vestiges associés aux galeries de mine et à la cité ouvrière

Yannick Milerski, archéologue à l’INRAP

À son arrivée, l'équipe de l'INRAP trouve un terrain en friche. Mais assez rapidement, Yannick Milerski, le responsable de la fouille, découvre un site beaucoup plus riche que prévu. "En parallèle de l'ancienne usine, nous avons aussi trouvé des vestiges associés aux galeries de mine et à la cité ouvrière", se réjouit l'archéologue.

La fouille a ainsi révélé l’un des quatre hauts-fourneaux qui servaient à produire de la fonte mais aussi une galerie dite "de roulage", reliée à une ancienne mine de fer. À l’époque, elle était équipée d’un rail avec wagonnets permettant de transporter le minerai.

La France a le grand mérite de se soucier de son héritage et de concilier la mémoire de son patrimoine et le besoin naturel de construire de nouveaux aménagements

Estelle Bénistant, chargée du développement culturel et de la communication à l’INRAP

L’intérêt de la manœuvre est de documenter tous ces vestiges avant leur destruction, pour la construction d’un futur lotissement. "La France a le grand mérite de se soucier de son héritage et de concilier la mémoire de son patrimoine et le besoin naturel de construire de nouveaux aménagements", explique Estelle Bénistant, chargée du développement culturel et de la communication à l’INRAP dans le Grand Est.

À l’image de ce site métallurgique, 2% des projets de construction en France font l’objet de fouilles de prévention, sur prescription de l'État, afin que le patrimoine ne tombe pas dans l’oubli.