Nancy : le meurtrier présumé reconnait avoir porté le coup mortel avec une baïonnette, il a été placé en détention

Six jours après le meurtre d'un homme de 37 ans, poignardé à la gorge, boulevard Lobau à Nancy, l'homme qui avait été placé en garde à vue vendredi a été mis en examen pour meurtre ce dimanche 19 janvier. Interpellée en même temps que lui, la femme qui l'accompagnait a été mise hors de cause.

François Pérain procureur de la République près le tribunal judiciaire de Nancy.
François Pérain procureur de la République près le tribunal judiciaire de Nancy. © Michaël Martin. France 3 Lorraine
L'enquête des policiers a abouti ce dimanche 19 janvier 2020 à la mise en examen pour meurtre du suspect interpellé vendredi. Prénommé Mickaël et âgé de quarante ans, il a déjà été condamné 37 fois depuis 1997, notamment pour trafic de stupéfiants et 7 fois pour violence avec arme. Il a été présenté en fin d'après-midi à un juge de la détention et des libertés qui l'a placé en détention provisoire.

Il a reconnu être l'auteur d'un coup violent coup porté à la carotide à l'aide d'une baïonnette, suite à une transaction de stupéfiant qui s'est mal passée.
- François Perain, procureur de la République près le tribunal judiciaire de Nancy.

Selon le procureur, il n'y avait pas de mobile précédant le meurtre. C'est un "échange de doses de consommations personnelles entre deux petits dealers" qui a mal tourné. Il ressort de l'enquête des policiers que le meurtrier et sa victime s'étaient croisés peu auparavant dans un cabinet médical où ils auraient pu convenir de la transaction. L'homme a par ailleurs été formellement identifié par la femme qui l'avait croisé lundi soir avant de porter secours à la victime.

Il a été retrouvé grâce aux SMS qu'il avait échangés peu auparavant avec la victime. Il était également le dernier à avoir eu une conversation téléphonique avec lui puis avait désactivé son propre portable. Un couteau de 8cm "très propre" a été trouvé sur lui  lors de son interpellation et pourrait être, selon le légiste, l'arme du meurtre.
La femme interpellée en même temps que l'auteur présumé des faits a été mise hors de cause et remise en liberté.

Frappé à la carotide

Adrien F. un SDF de 37 ans n'exerçant pas d'activité et originaire du Lunévillois, avait été retrouvé la gorge ensanglantée lundi 13 janvier en début de soirée, à hauteur du 75 boulevard Lobau à Nancy, au pied de l''Institut Régional de Réadaptation.
Après l'interpellation de deux personnes qui avaient été relâchées au bout de quelques heures, les policiers avaient interpellé et placé en garde à vue vendredi 17 janvier un homme et une femme.
"Ce suspect et sa conjointe (ont été placés) en garde à vue sur commission rogatoire du juge d'instruction que nous avons saisi jeudi ", précisait le procureur de la République, joint samedi dans la matinée.
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
faits divers police société sécurité