Justice : le militant altermondialiste relaxé après avoir diffusé une chanson moquant le ministre de l'Intérieur

Loïc Schneider, militant altermondialiste, est relaxé ce jeudi 28 décembre 2023 par le tribunal judiciaire de Nancy. Il était poursuivi pour avoir relayé une chanson moquant le ministre de l'Intérieur, Gérald Darmanin.

Loïc Schneider, le poète et militant altermondialiste, a été relaxé jeudi 28 décembre 2023 par le tribunal judiciaire de Nancy. (Meurthe-et-Moselle). Il était poursuivi pour "menace de crime ou délit contre les personnes et les biens à l'encontre d'un dépositaire de l'autorité publique", après avoir relayé une chanson moquant le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin. Le jeune homme n'est pas l'auteur de la chanson écrite en 2020 par un groupe féministe, "Les petites darmanines".

À l’issue de l'énoncé du délibéré, Loïc Schneider, déjà poursuivi pour sa participation à la manifestation anti bassine du 25 mars 2023 à Sainte-Soline (Deux-Sèvres) a immédiatement fait part de son soulagement.

Je suis soulagé et rassuré de voir que c'est encore possible pour l'institution judiciaire d’avoir un peu de bon sens et en tout cas, de pas tomber dans une répression froide.

Loïc Schneider

Les motivations précises du délibéré ne sont pas encore connues. Selon maître Christophe Sgros, un des avocats du militant altermondialiste, la justice a tranché sur le fond en se basant sur le principe de la liberté d'expression : "il s'agit d'une personne publique [Gérald Darmanin N.D.L.R.], donc il doit être habitué à entendre des critiques. Il s'agit d'un politique, c'est un professionnel du débat. II y a aussi le fait que c'est une chanson qui a été composée en 2020 et qui a été largement diffusée sur internet. Il y a quelque chose d'arbitraire à poursuivre une seule personne parmi des milliers d'autres et de l'amener devant un tribunal en lui demandant de répondre devant la justice."

Loïc Schneider a bénéficié de nombreux soutiens et d'une cagnotte mise en ligne pour payer ses avocats. Il souhaite reverser le reliquat de cette dernière à deux associations : "il me reste environ 1000 euros. Je vais faire don de 500 euros aux "Mutilés pour l'exemple", une association qui regroupe les personnes éborgnées par les armes de la police française et puis j'aimerais encore donner une autre partie aussi pour les maraudes à Nancy avec la Fédération libertaire de Lorraine."

Le parquet de son côté a dix jours pour faire appel du jugement.