Législatives 2024 : Caroline Fiat, "une page se tourne mais ce n'est pas la fin de l'histoire"

Après s'être imposée en 2017 et en 2022, Caroline Fiat bute sur 2024. L'élue insoumise s'incline dans la 6ᵉ circonscription de Meurthe-et-Moselle, un territoire pourtant historiquement à gauche. Le RN Anthony Boulogne s'impose assez nettement avec 54,64% des voix. Premier écueil de sa carrière politique qui ne s'arrête pas pour autant.

4.700 voix séparent les deux candidats finalistes dans la 6ᵉ circonscription de Meurthe-et-Moselle sur 56 001 votants. Pour ce deuxième tour des élections législatives, la députée sortante et candidate du Nouveau Front populaire, Caroline Fiat, s'incline face à Anthony Boulogne (54,64%) du Rassemblement national. "La nuit a été courte" explique l'intéressée au téléphone ce lundi 8 juillet 2024 en début d'après-midi, "j'analyserai tout cela plus tard. Là, c'est trop tôt. Les militants avec qui j'ai passé une bonne partie de la soirée d'hier étaient attristés. Et pour tout vous avouer, je suis dans des démarches administratives en ce qui concerne tous les gens qui travaillaient avec moi car ils n'ont plus d'emploi. Je m'en occupe".

Au soir du premier tour, Caroline Fiat s'était retrouvée en ballottage défavorable. Avec 26,73% des voix, elle accuse un retard de 18 points sur son adversaire. "On savait que ça allait être dur" explique Ergün Toparslan (Renaissance-Ensemble), arrivée en troisième position. Très vite, cet adversaire devient un soutien. Pour faire barrage au RN, il se désiste au profit de l'ancienne vice-présidente de l'Assemblée nationale et appelle clairement à voter pour la députée sortante comme d'autres élus de tous bords. Un arc républicain étendu, de Valérie Debord (LR) à Yaël Braun-Pivet (Majorité présidentielle) qui décrit la députée insoumise de "grande républicaine" et "d’aide-soignante humaniste" méritant "d’être soutenue". Mais "ça n’a pas suffi à faire barrage. Je suis très triste pour elle et franchement, j'ai du mal à encaisser" confie Ergün Toparslan.

Il y a eu un blocage sur l'étiquette LFI

Un élu local

À l'analyse du résultat final, il y a pourtant bien eu une dynamique pour Caroline Fiat (+ 8.785 voix contre + 3903 à son adversaire par rapport au premier tour). Le report a fonctionné mais pas suffisamment pour inverser le retard considérable du premier tour. "Il y a eu un blocage sur l'étiquette LFI" commente cet élu local, "c'est évident. Elle n'est pourtant pas sur une ligne dure. Difficile à expliquer. Tout le monde connaît Caroline Fiat".

"Elle est finalement victime des déclarations de Mélenchon" affirme de son côté Jean-Yves Le Déaut. De 1986 à 2017, il a remporté cette circonscription à sept reprises sous l'étiquette socialiste. Le territoire était historiquement à gauche. "Mélenchon n'a pas aidé dans cette campagne" poursuit l'ancien élu de Meurthe-et-Moselle, "dans la commune de Moutiers par exemple, je faisais 57% au premier tour et 84% au second en 2012. La RN aujourd’hui est à 49.9 et 56,2. 40% des électeurs d'il y a douze ans votent RN aujourd'hui et ce malgré une hausse de la participation. Pour moi, ça traduit non pas le racisme ou la xénophobie mais le ras-le-bol. Les gens pensent que la gauche les a abandonnés. La droite traditionnelle aussi a disparu en passant de 28 à 8% en moyenne en dix ans. Ses électeurs ont été vers Macron ou directement au Rassemblement national. Le RN réussi à capter le vote d'extrême droite franc mais aussi celui d'une partie de la droite républicaine vieillissante qui est sensible à la notion de grand remplacement développée par Eric Zemmour".

Le résultat, c'est la victoire du RN Anthony Boulogne, 31 ans, responsable commercial dans une entreprise du secteur informatique, élu dimanche nouveau député de la 6ᵉ circonscription de Meurthe-et-Moselle. Il inverse l'élection de 2022 où Caroline Fiat l'avait emporté avec... 149 voix d'avance. "La fracture est trop marquée avec la partie rurale" ajoute Ergün Toparslan. "Le remède est pire que le mal" poursuit Jean-Yves Le Déaut, "cette circo va être très difficile à reconquérir car le nouveau député sera dans l'opposition. Il n'aura qu'à dire que c'est la faute des autres s'il y a un problème. Le camp républicain doit cependant retrouver un discours de la justice sociale plutôt que de courir après les propositions de RN".

Sur le sujet, il faudra toujours compter sur Caroline Fiat. Ce ne sera plus au perchoir, ni à l'Assemblée nationale mais à Nancy, au Conseil départemental de Meurthe-et-Moselle. Caroline Fiat est élue du canton de Jarny. "Les gens l'oublient peut-être mais j'ai toujours ce mandat" dit-elle, "même s'il y a le contrecoup, c'est une page qui se tourne mais ce n'est pas la fin de l'histoire".

L'actualité "Politique" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
choisir une région
Grand Est
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité