PORTRAIT. Samia, sage-femme en colère, "il faut que nos compétences soient davantage reconnues"

Les sages-femmes se sont mobilisées, mercredi 5 mai, à l'occasion de la journée internationale, afin que leur profession soit mieux reconnue et rémunérée. Samia est sage-femme à la clinique Majorelle à Nancy. Elle aussi demande une reconnaissance médicale et salariale de son métier. 

La maternité régionale de Nancy, mai 2021. Les sages-femmes demandent une revalorisation salariale et une meilleure reconnaissance de leur métier.
La maternité régionale de Nancy, mai 2021. Les sages-femmes demandent une revalorisation salariale et une meilleure reconnaissance de leur métier. © Yves Quéméner, France télévisions

Mercredi 5 mai 2021, c’est la journée mondiale des sages-femmes.
Samia est sage-femme depuis plus de dix ans. Elle a 34 ans et travaille à la clinique privée Majorelle de Nancy (Meurthe-et-Moselle). "Ce soir, je suis de garde dans la salle des naissances, de 19 heures à 7 heures du matin". Elle est aussi déléguée syndicale CGT, "alors oui, on se mobilise surtout pour demander une reconnaissance médicale du métier et une hausse des salaires"

Une profession majoritairement féminine

Comme les autres sages-femmes, Samia a "le sentiment de ne pas être entendue, reconnue comme il faudrait. J'ai fait cinq ans d'études et une première année de médecine, pour un salaire d'à peine 1.800 euros nets".

Avec la pandémie de Covid-19, depuis plus d'un an, ses conditions de travail sont devenues plus difficiles. Bien souvent dans l'ombre, les sages-femmes sont toujours essentielles au bon déroulement d'une grossesse et des naissances.
"On a le droit de prescrire des médicaments en lien avec une grossesse, comme les médecins. On a une compétence médicale reconnue dans les faits, mais pas dans les actes", dit-elle. "En France, on est un peu plus de 20.000. Et finalement, on est assez peu connues".

J'ai toujours cette sensation d'être oubliée, d'être une simple profession intermédiaire.

Samia, sage-femme à Nancy

Besoin d'une réelle reconnaissance

C'est la cinquième fois que Samia se mobilise cette année.

La dernière fois, c'était le 8 mars dernier, pendant la journée internationale des droits des femmes. "On est toujours les oubliées des politiques de santé publique, comme le Ségur par exemple. Ce qui explique qu'aujourd'hui en France, on manque de sages-femmes. Pourtant, c'est l’un des plus beaux métiers du monde".
 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
santé société économie manifestation social