Meurthe-et-Moselle : pour Pâques, les motards en colère s'en prennent aux nids-de-poule

La Fédération française des motards en colère organise une journée de sensibilisation ce samedi 3 avril, pour dénoncer le mauvais état des routes. En ce week-end de Pâques, ils ont un ennemi tout trouvé : le nid-de-poule.

De la paille et une cocotte en peluche, pour dénoncer la dangerosité des nids-de-poule dans la route.
De la paille et une cocotte en peluche, pour dénoncer la dangerosité des nids-de-poule dans la route. © Franck Gaillet. France Télévisions.

La Fédération française des motards en colère (FFMC) a choisi le samedi 3 avril 2021, en plein week-end de Pâques, pour dénoncer un obstacle dangereux pour les usagers de la route : les nids-de-poule, des trous dans la chaussée qui se créent quand le revêtement s'abîme. 

Un nid-de-poule est le premier signe d'un manque d'entretien d'une route, d'après la Fédération des motards en colère.
Un nid-de-poule est le premier signe d'un manque d'entretien d'une route, d'après la Fédération des motards en colère. © Jean-Luc Flémal. MaxPPP.

Ce samedi matin, plusieurs motards ont symboliquement recouvert un nid-de-poule avec de la paille et une peluche, du côté de Jarville-la-Malgrange (Meurthe-et-Moselle). Au-delà du clin d'oeil aux festivités de Pâques, les motards en colère fustigent le mauvais état des routes. "Le nid-de-poule, c'est le premier symptôme du mauvais entretien de la route, indique la coordinatrice des motards en colère 54 et 55, Elise Lacoste. C'est extrêmement dangereux pour tous les usagers de la route, mais surtout pour les motards, la chute peut arriver rapidement."

Doubler le budget des routes

L'objectif est de sensibiliser les usagers et les pouvoirs publics, et dénoncer de manière amusante ces nids-de-poule qui peuvent avoir des conséquences graves. La FFMC se base sur un audit de 2018, commandé par le ministère des Transports, pour pointer le manque d'investissement public dans le réseau routier national non concédé, c'est-à-dire celui géré par l'Etat. 666 millions d'euros sont investis chaque année, il en faudrait le double, selon l'audit : 1,3 milliards d'euros par an, et jusqu'en 2037.

Aujourd'hui, 27% du réseau national est en mauvais état. Un chiffre qui passerait à 62% en 2037 si les budgets ne sont pas revus à la hausse. Dans le Grand Est, la grande majorité des routes nationales et autoroutes publiques nécessite a minima un entretien. Ce qu'appelle de ses voeux la FFMC, pour tous les réseaux, national, départemental et communal. "Il faut refaire les routes régulièrement, surtout dans nos régions avec les périodes de gel et dégel qui sont très mauvaises pour les routes, demande Elise Lacoste. Il faut vraiment que les pouvoirs publics prennent le problème à bras-le-corps."

Les motards de Meurthe-et-Moselle notent toutefois que les nids-de-poule sont réparés assez vite sur les routes du département, ou encore dans l'agglomération du Grand Nancy. "Mais les mêmes nids-de-poule reviennent tous les ans, déplore Elise Lacoste. Il faut faire plus que des pansements, et parfois refaire l'enrobé, voire toute la structure de la route."

La FFMC a développé un outil pour signaler les nids-de-poule sur la route.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
sécurité routière société sécurité routes économie transports politique