Moto : opération "reprise de guidon" au sortir de l’hiver, "pour réviser les fondamentaux"

Publié le Mis à jour le
Écrit par Emmanuel Bouard .

La section Meurthe-et-Moselle/Meuse de la Fédération Française des Motards en Colère organisait dimanche 27 mars 2022 une matinée de sensibilisation à destination des conducteurs de deux-roues motorisés. Grâce à plusieurs ateliers animés par des formateurs, les pilotes peuvent retrouver en douceur les réflexes endormis par l’hiver.

"Souple sur les épaules". Jean-Christophe alias JC roule toute l’année : "ça fait onze ans que j’ai le permis, on part en vacances à moto, on fait des sorties, mais j’ai besoin quand même de venir ici pour me remettre dans le bain après l’hiver" Sur sa grosse cylindrée allemande, 500 kilos sur la balance avec le pilote, JC n’est pas le plus à l’aise sur le parcours "lent". Mais le retraité ne raterait la reprise de guidon pour rien au monde : "les fondamentaux, il faut souvent y revenir à moto".

Avec son fils Quentin, le formateur Pascal Wolf, guide et assure entre les plots : "l’idée c’est de retrouver les automatismes un peu perdus pendant l’hiver, une période où on roule moins et différemment. Avec l’arrivée des beaux jours, on a plus envie de se faire plaisir donc il faut revenir sur les fondamentaux, et d’abord la maitrise à basse vitesse". Par groupe de cinq, les motards de toutes cylindrées évoluent sur les parcours élaborés par ses soins, "similaires à ceux qu’on propose pour la passerelle entre le permis A2 et le permis A". Depuis la réforme de 2017, les jeunes motards qui obtiennent le permis A2 sont limités en puissance pendant deux ans, avant de pouvoir prétendre conduire une moto "full" grâce au permis A qui est délivré après sept heures de formation supplémentaires.

Deux autres ateliers sont proposés à la centaine de motards qui alignent leurs machines sur le parking du parc des expositions de Vandoeuvre : "la première consiste à apprécier soi-même sa distance et sa vitesse, et la seconde à reprendre les bases du freinage, comme à l’examen pratique du permis" poursuit Pascal.

Discussions avec les pouvoirs publics

Pour la section locale de la Fédération Française des Motards en Colère (FFMC), organisatrice de l’épreuve avec l’Association pour la Formation des Motards (AFDM), la "reprise de guidon" est aussi l’occasion de remettre sur la table les dossiers qu’elle discute au quotidien avec les pouvoirs publics.

L’abandon du contrôle technique moto par le gouvernement était une doléance : "les problèmes mécaniques c’est même pas 1% des causes d’accident de moto" lance France Wolf de la FFMC, qui se réjouit que les motards soient consultés quand il s’agit de leur sécurité, "2/3 des accidents de moto sont des accidents de voiture dans laquelle le motard est victime".

Tout le monde sur le parking a envie de rouler, et particulièrement Justine, qui est venue avec son permis tout neuf, et sa custom flambant neuve : "l’année dernière je me suis prise en main, avant j’avais des réticences par rapport à mon gabarit, au poids de la moto, j’ai passé le permis, et je suis super contente de partager un moment aujourd’hui avec les autres motards". A tel point, qu’elle s’invite à l’épreuve de freinage, réussie haut la main !

Sensibilisation version Sécurité Routière

Le samedi 21 mai 2022 à Liverdun, la Sécurité routière de Meurthe-et-Moselle organise également une  journée de sensibilisation, dans un autre genre, et avec le concours des autorités et des forces de l’ordre. Pas forcément l’ambiance que recherchent les motards réunis sous le soleil bitumé de Vandoeuvre. "Elle n’a pas eu lieu les deux dernières années" explique Thierry Cœur, chef de l’unité sécurité des transports et déplacement de la Sécurité Routière 54, "mais on attend une centaine de personnes, et peut-être même la visite du Préfet, qui est motard".

Là aussi des ateliers doivent permettre aux volontaires de vérifier le bon état des machines, de réviser les trajectoires, les bons gestes au freinage. «"Après le déjeuner pris en commun, des groupes de 5-6 partent ensuite pour un parcours de 60 kilomètres sous la conduite de motards des forces de l’ordre, police, gendarmerie et douane. L’idée c’est de vérifier sur le terrain que les réflexes sont assimilés : les participants sont évalués et à la fin de la journée on remet des prix, avec du matériel en cadeau, à ceux dont la conduite a été particulièrement remarquée". Le volontariat est de mise pour cette journée, "mais elle constituera aussi pour certains une alternative à la sanction : un mois avant environ, les motards en petite infraction se verront proposer d’y participer ce jour-là pour échapper à une éventuelle amende".

Selon Thierry Cœur, l’accidentologie dans le département reste un enjeu majeur : "même si le nombre de tués est faible numériquement, et que le nombre d’accidents diminue sensiblement depuis cinq ans, on constate que la moto reste nettement plus accidentogène que les autres modes de transport, particulièrement chez les conducteurs jeunes, et moins expérimentés. En Meurthe-et-Moselle, les 25-34 ans représentent 28% des motards tués ou blessés, c’est beaucoup trop".

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer des newsletters. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas des e-mails. Notre politique de confidentialité