Nancy : Mobicoop, le premier service de mobilité partagée et solidaire en France sera présent aux JO Paris 2024

Les personnes en situation de handicap pourront se rendre sur le site des Jeux olympiques 2024 grâce à Mobicoop, une plateforme de covoiturage sans commission et de mobilité solidaire basée à Nancy, associée pour l’occasion à Citiz, site d'autopartage.

© Pixabay

Mobicoop, coopérative pour une mobilité solidaire basée à Nancy, fait partie des 21 lauréats de l'appel à innovations mobilités du Ministère de la Transition écologique, chargé des Transports. Elle a proposé un service qui a son importance : permettre une solution de covoiturage et de transport solidaire pour les Jeux olympiques et les Jeux paralympiques en association avec Citiz, 1er réseau d’autopartage coopératif en France. 

Les spectateurs en situation de handicap, âgés ou pour qui, il est difficile de se déplacer, vont pouvoir accéder aux sites où se déroulent les épreuves. "Grâce à un système que l'on met en œuvre avec les collectivités territoriales, c'est ce que l'on fait déjà ailleurs en France, l'idée est d'organiser une mobilité avec un réseau de bénévoles qui sont des conducteurs solidaires" explique Madeleine Canavesio, chargée de la vie coopérative et des partenariats chez Mobicoop, "pour les mettre en lien, il y a une application. Mais pour répondre aux problématiques d'accès au numérique, les personnes pourront nous joindre, aussi, par téléphone".

"Les personnes volontaires qu'elles aient le projet ou non d'aller sur le site des épreuves pourront aider. Nous comptons sur l'esprit de solidarité qui existe dans et autour des Jeux olympiques" ajoute-t-elle, "un des objectifs des JO Paris 2024 est de privilégier les transports en commun. Mais on sait qu'ils ne sont pas toujours accessibles aux personnes à mobilité réduite ou avec des vulnérabilités". 

"Le covoiturage avec des personnes à mobilité réduite n'est pas forcément évident. Il faut un véhicule adapté. Citiz, avec qui nous partageons ce projet, mettra à disposition des véhicules adaptés aux conducteurs bénévoles qui en feront la demande. On pourra ainsi proposer du covoiturage et du transport solidaire en auto partage." Dans le cadre de ce projet, est aussi prévu un système pour les bénévoles qui travaillent à l'accueil ou aux placements pendant les JO. Ils auront sans doute des horaires singuliers et l'absolue nécessité de se déplacer rapidement. "Pour eux, on propose une plateforme qui leur permettra de covoiturer. Le projet s'inscrit toujours dans notre philosophie : solidaire et gratuit."

© Mobicoop

Mobicoop partout en France

Avant 2018, la structure s'appelait Covivo. En devenant une coopérative, elle a changé de nom pour devenir, il y a trois ans, Mobicoop. Elle est présente dans de nombreuses régions et collectivités par exemple : Auvergne-Rhône-Alpes, Hauts de France. Dans le Grand Est, quelques communes ont fait appel à elle. Le principe est toujours le même dans la plupart des cas, le service est solidaire et gratuit. "Il s'agit d'un covoiturage sans commission, solidaire, gratuit ou à prix réduit avec dans certains cas une petite indemnité aux bénévoles. En fonction de l'accord trouvé avec la collectivité".

Mobicoop, novembre 2020
Les régions de covoiturage (hachures diagonales)
Zones de mobilité solidaire (hachures horizontales) 
Système d'autostop organisé (vert, orange et bleu)
Mobicoop, novembre 2020 Les régions de covoiturage (hachures diagonales) Zones de mobilité solidaire (hachures horizontales) Système d'autostop organisé (vert, orange et bleu) © Mobicoop

Deux services : covoiturage et mobilité solidaire.

Le covoiturage est le système que l'on connaît depuis longtemps. Mais, ici, le service est garanti sans commission. La mobilité solidaire, elle, propose un service directement à ceux et celles qui en ont le plus besoin : personnes âgées isolées, personnes à mobilité réduite, personnes dans une situation économique difficile. "La mobilité solidaire peut s'adresser à des jeunes sans voiture ou sans permis. Elle peut répondre à la problématique d'accès à la santé ou d'accès à l'emploi. On se base aussi sur les besoins de la collectivité ou du territoire pour savoir quel est le public prioritaire. On prend le temps de discuter avec les représentants des territoires pour faire du sur-mesure. Il peut y avoir, par exemple, un numéro ou un code à donner par téléphone sur la plateforme pour accéder au service, il aura été fourni par une structure associative, par Pôle emploi ou encore par un CCAS. Notre financement vient du travail avec les collectivités territoriales. Covoiturage ou mobilité solidaire, pour l'usager, il doit toujours être gratuit."

Mobiccop est présent en particulier sur des zones rurales. "Les premières collectivités à se rendre compte que ce service est intéressant ont été des collectivités rurales. Mais nous sommes convaincus qu'il peut être utile même au cœur d'une métropole". Mobicoop recrute des conducteurs bénévoles partout où il y a une demande de mobilité solidaire.

© Mobiccop

"Mobicoop est une Coopérative d'intérêt collectif. Qui travaille avec les collectivités territoriales et quelques entreprises. Pour offrir des services d'une plateforme numérique et animation de mobilité partagée. Dans la mobilité partagée en incluant premier lieu le covoiturage. On développe des plates-formes pour des Collectivités de toutes tailles, qui souhaite avoir une plateforme locale de covoiturage. On travaille avec les autres plateformes pour les mettre en relation pour que les annonces puissent être vues de tous."

Mobicoop fonctionne sur une application, mais un simple appel téléphonique pour trouver un conducteur bénévole suffit pour peu que vous soyez sur une zone couverte par le service.

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
jeux olympiques solidarité société transports