Nancy : les policiers de Meurthe-et-Moselle apportent leur soutien à leurs collègues d’Ile-de-France victimes d’attaques

Plusieurs dizaines de policiers de Meurthe-et-Moselle se sont rassemblés ce lundi 12 octobre 2020 devant l’hôtel de police de Nancy. Objectif : exprimer leur solidarité à leurs collègues de la région Ile-de-France et dénoncer les attaques perpétrées contre les forces de l'ordre.
 

A l'appel du syndicat "Force ouvrière" (FO) plusieurs dizaines de policiers de la Meurthe-et-Moselle se seont rassemblés devant l'hotel de police de Nancy ce lundi 12 octobre pour exprimer leur solidarité à leurs collègues d'Ile-de-France victimes d'attaques.
A l'appel du syndicat "Force ouvrière" (FO) plusieurs dizaines de policiers de la Meurthe-et-Moselle se seont rassemblés devant l'hotel de police de Nancy ce lundi 12 octobre pour exprimer leur solidarité à leurs collègues d'Ile-de-France victimes d'attaques. © Mackly Ford Cenor / France Télévisions
Près d’une cinquantaine de policiers – en civils et en uniforme – ont répondu à l’appel du syndicat "Force ouvrière" (FO). Ils se sont rassemblés ce lundi matin 12 octobre devant l’hôtel de police de la cité ducale. Par ce geste, ils voulaient témoigner leur solidarité à leurs collègues de la région parisienne qui font l’objet de plusieurs attaques depuis le début du mois d’octobre.

"Notre rassemblement de ce matin, c’est aussi pour rappeler que les policiers sont victimes de violences quotidiennes sur l’ensemble du territoire national y compris malheureusement notre département de la Meurthe-et-Moselle", déclare Régis Peiffer, en charge de la communication pour l’Unité SGP Police. "Par exemple, ce week-end, un véhicule de la Brigade anti-criminalité (BAC) du département a été percuté par un individu ivre et qui de plus roulait sans permis de conduire", rappelle l’agent.

"Cela suffit les agressions des policiers!"

Régis Peiffer a profité de ce rassemblement pour dénoncer le laxisme des autorités judiciaires face aux agresseurs de ses collègues. Il réclame une peine minimale pour l’ensemble des agressions envers les forces de l’ordre et appelle aussi à la cessation des attaques contre les policiers. "Malgré nos appels, malgré nos manifestations, malgré nos rassemblements, ils [les magistrats, NDLR] n’entendent rien et rien ne changent", regrette-il. "Cela suffit les agressions des policiers", martèle l'agent de l'ordre. "Elles sont insupportables et doivent cesser rapidement. Nous disons halte encore et encore à l’impunité. Il est temps que le gouvernement se réveille".

Des agents pris pour cible

Depuis le début du mois d’octobre, les forces de l’ordre ont été la cible de plusieurs attaques. Dans la nuit du samedi 11 au dimanche 12 octobre, le commissariat de Champigny-sur-Marne a été attaqué par une quarantaine d’individus munis de barres de fer. A Herblay, dans le département du Val-d’Oise, deux policiers ont été violemment agressés dans la nuit mercredi 7 octobre. L’un d’entre eux se trouvait entre la vie et la mort.

A signaler que certains retraités de la police du 54 étaient présents ce matin pour témoigner eux aussi leur solidarité aux policiers victimes.
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
manifestation social police société sécurité violence faits divers