Nancy : le projet de centrale à biomasse de Novacarb enfin autorisé

La première pierre de la centrale à biomasse sera posée sur le site Novacarb à Laneuveville-devant-Nancy le 27 février 2020. L’usine, qui produit du carbonate et bicarbonate de sodium, a dû revoir son projet plusieurs fois afin de se plier aux exigences de l’Etat.

L'usine Novacarb de Laneuveville-devant-Nancy va déployer d'ici 2022 une centrale à biomasse d'une capacité de 14,6 Megawatts.
L'usine Novacarb de Laneuveville-devant-Nancy va déployer d'ici 2022 une centrale à biomasse d'une capacité de 14,6 Megawatts. © Emmanuel Bouard/France 3 Lorraine
Elle est un peu passée inaperçue mais l’annonce a certainement été vécue comme un soulagement par les dirigeants du groupe Novacarb. La nouvelle est tombée le 13 décembre 2019 : la ministre de la Transition Ecologique et Solidaire, Elisabeth Borne, a annoncé que le projet de centrale à biomasse de Laneuveville-devant-Nancy figurait dans la liste des quatorze qui seront autorisés par l’Etat, avec son soutien. Retoqué deux fois, il permettra à l’usine d’assurer sa pérennité et celle de ses 1300 emplois, mais aussi de se sortir plusieurs épines administratives du pied.

Démarré il y a cinq ans, le projet est porté à la fois par Novacarb et par Engie Solutions, qui créent ensemble une société baptisée Novawood, détenue à respectivement 49 et 51% par les deux entreprises. L’objectif : remplacer deux des six chaudières à charbon du site par une centrale à biomasse d’une puissance de 14,6 Megawatts, en utilisant des déchets issus de la filière bois, et notamment des anciennes traverses de chemin de fer. La combustion de ces déchets produit de la vapeur, qui est ensuite transformée en électricité. Cette dernière est renvoyée dans le réseau, et rachetée par EDF.
Novacarb emploie 1300 personnes à Laneuveville-devant-Nancy afin de produire du carbonate et bicarbonate de sodium.
Novacarb emploie 1300 personnes à Laneuveville-devant-Nancy afin de produire du carbonate et bicarbonate de sodium. © Emmanuel Bouard/France 3 Lorraine

Initial 

Le premier projet de Novawood, d’un coût initial de 65 millions d’euros, est déposé lors de l’appel d’offres de 2016, mais tout comme le suivant, il ne figure pas dans la liste des lauréats : le prix du megawatt est trop élevé. Selon nos informations, il se situait à 175 euros le Megawatt-heure (MWh), bien loin des projets retenus qui se situaient à 135 euros du MWh. Novawood doit donc revoir sa copie, afin de baisser le prix de rachat de l’électricité que la société compte produire.

Selon les documents que nous avons pu consulter, l’effort porte à la fois sur une baisse du prix de rachat des traverses à la SNCF, sur une augmentation de la taille du projet de 15%, sur la valorisation de la chaleur des fumées ainsi que sur l’augmentation du prix de la vapeur.

Carbone

Au total, dans la version qui a été acceptée par le Ministère de la Transition Ecologique, le coût du projet dépasse les 80 millions d’euros. "Nous avons dû retravailler notre offre, c’est évident, mais c’est une grande satisfaction pour notre usine" explique Frédéric Louis, le directeur de Novacarb, en pointant les bénéfices pour l’environnement : "nous allons réduire notre consommation de charbon de 40%, et nos émissions de CO2 de 150 000 tonnes par an". Le gain environnemental est évident, d’autant "que l’entreprise fait venir son charbon d’Afrique du Sud. En terme d’empreinte carbone on ne peut que faire mieux". Objectif : réduire à 0 la consommation de charbon à horizon 2024, grâce à un second projet qui sera annoncé le 27 février 2020. Cette centrale tombe à point nommé : selon nos informations, la taxe carbone a coûté 4 millions d’euros en 2018 à Novacarb, grevant d’autant ses résultats.

Soutien politique

400 personnes, dont de nombreux élus locaux, étaient venues manifester devant l'usine le 10 juillet 2018 afin de soutenir la création de la centrale à biomasse.
400 personnes, dont de nombreux élus locaux, étaient venues manifester devant l'usine le 10 juillet 2018 afin de soutenir la création de la centrale à biomasse. © Stiliana Peev - France 3 Lorraine
En juillet dernier, une manifestation rassemblant 400 personnes, dont de nombreux élus locaux, en avait appelé au Premier Ministre Edouard Philippe afin de faire aboutir le projet. Le président du Grand Nancy, André Rossinot, lui avait écrit pour lui demander "de désigner la personne la plus apte à (…) faire converger l’ensemble des points de vue pour trouver une solution de sortie par le haut". Cette sortie par le haut était d’autant plus souhaitée que l’industriel Novacarb, filiale du groupe Seqens, dénonce depuis plusieurs années une forme de concurrence déloyale de la part des autres entreprises européennes du secteur, aidées elles massivement dans leur transition énergétique par leurs gouvernements respectifs, comme le site de Rosignano en Italie ou de Torrelavega en Espagne qui sont soutenus à hauteur de 15 millions d’euros par an.

Aides

Le financement du projet est assuré à 20% par Novawood elle-même, et à 80% par l’emprunt. Novacarb confirme qu’elle est en discussion actuellement avec les services de l’Etat afin d’être exonérée de la taxe intérieure sur la consommation de charbon (TICC) et de la taxe intérieure sur la consommation de gaz (TICGN).

Autre signe fort de soutien de l’Etat : ce dernier renonce aux sanctions administratives possibles pour dépassement des valeurs limites d’émission des oxydes d’azote et de soufre de la part de l’usine, qui a été mise en demeure de mettre en conformité ses centrales à charbon le 10 juillet 2017. "Le Préfet a compris que notre projet allait résoudre le problème, et qu’il était absurde de faire des travaux de conformité sur des installations que nous allions arrêter" confirme le directeur du site.
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
économie énergie environnement énergies renouvelables emploi