Nancy : le SAMU mis en cause après le décès d'un quinquagénaire à Dombasle

Le SAMU 54 est mis en cause par une proche de la victime. Il aurait tardé à réagir. Deux enquêtes, judiciaire et administratives, ont été ouvertes. / © Sophie Gueffier. France 3 Lorraine
Le SAMU 54 est mis en cause par une proche de la victime. Il aurait tardé à réagir. Deux enquêtes, judiciaire et administratives, ont été ouvertes. / © Sophie Gueffier. France 3 Lorraine

François Pérain, procureur de la République, a confirmé mercredi 13 novembre, l'ouverture d'une enquête après la crise cardiaque mortelle d'un habitant de Dombasle. Cet homme d'une cinquantaine d'années et son entourage auraient demandé plusieurs fois en vain l'assistance du Samu-Centre 15.

Par Jean-Christophe Dupuis-Remond

Selon les témoignages recueillis par nos confrères de L'Est Républicain et publiés mercredi 13 novembre 2019, un habitant de Dombasle, au sud-est de Nancy (Meurthe-et-Moselle) est décédé mercredi 6 novembre d'une crise cardiaque à son domicile.
Selon des proches de la victime, le Samu-Centre 15 aurait été contacté plusieurs fois pour demander l'intervention d'urgentiste sans qu'il y soit répondu favorablement.
Les secours n'auraient été déclenchés qu'après le quatrième appel et ce sont alors les pompiers qui se sont rendus sur place. Renforcés par une équipe du Samu, ils n'ont toutefois rien pu faire pour sauver la victime âgée d'une cinquantaine d'années.

Le Samu mis en cause

Une amie présente au domicile a fait état du déroulé des évènements et mis en cause l'attitude du centre régulateur. C'est ce qui a provoqué la décision de la Justice de déclencher une enquête pour rechercher les causes de la mort. Une autopsie a également été demandée.
Contacté, le procureur de la République à Nancy, François Pérain, nous a confirmé que suite aux " déclarations de l'amie de cette personne décédée, nous avons ouvert une procédure de recherche des causes de la mort. Dans ce cadre, une autopsie a eu lieu et a conclu à un décès dû à une rupture de l'aorte. Par ailleurs, il a été demandé au service d'enquête de procéder à la saisie et à l'exploitation de l'enregistrement de la régulation du SAMU."

De leur côté, l'Agence régionale de Santé et le Chru de Nancy ont lancé une enquête administrative pour "analyser les conditions de prise en charge du patient".

Cette affaire n'est pas sans rappeler celle de Naomi Musenga, décédé en décembre 2017 à Strasbourg.

"Diagnostic difficile"

Interrogé par téléphone, le docteur François Braun, médecin-urgentiste au CHR de Metz-Thionville, précise que le diagnostic d'une rupture de l'aorte est "difficile à poser". Il ajoute que c'est le motif des appels au Samu, que l'enquête devra préciser, pour déterminer s'il y une faute ou pas.

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus