Nancy : touffus, barbus, velus, ces poils que l'on caresse ou que l'on déteste

L’exposition « Poils. Du poil de la bête au poil au menton » / © Robin Droulez
L’exposition « Poils. Du poil de la bête au poil au menton » / © Robin Droulez

Fourchus, touffus, poilus, velus, barbus, chevelus, crépus, drus ou tondus, les poils fascinent ou repoussent mais ne laissent personne indifférent ! Admirez-les du 1er novembre 2019 au 14 juin 2020 dans le cadre de l’exposition « Poils » du Muséum-Aquarium de Nancy.
 

Par Inès Pons-Teixeira

Les poils et les cheveux sont des vestiges de notre héritage animal. Pour le Muséum-Aquarium nancéien, des étudiants en art et communication de l’ENSAD Nancy ont conçu l’exposition « Poils. Du poil de la bête au poil au menton ». Le but de ces jeunes artistes, croiser biologie et sociologie à travers les poils des animaux et des hommes.

Sommes-nous si éloignés des animaux à fourrure ?

Les poils nous collent à la peau comme à celle des mammifères dès la naissance. Roux, blonds, bruns, épais ou fins, lisses ou frisés, les poils se transforment tout au long de la vie. Mais alors, c’est quoi un poil ? Que révèlent nos cheveux et nos poils sur notre personnalité et notre rapport à l’autre ? À travers leurs œuvres, les étudiants de l’ENSAD tentent de répondre à cette série d’interrogations.
 
L’exposition « Poils. Du poil de la bête au poil au menton » / © Robin Droulez
L’exposition « Poils. Du poil de la bête au poil au menton » / © Robin Droulez

Les poils à travers les époques

Détesté ou adulé, le poil a plusieurs significations selon les cultures et les périodes de l’histoire. À la préhistoire déjà, certains hommes s’enlevaient les poils à l’aide de silex.
L’exposition « Poils. Du poil de la bête au poil au menton » / © Robin Droulez
L’exposition « Poils. Du poil de la bête au poil au menton » / © Robin Droulez

Si nous ne choisissons pas de naître poilus ou pas, nous pouvons choisir ce qu’on en fait : les garder, les taillader ou au contraire les éliminer totalement en les épilant. Aujourd’hui, pour certaines personnes, le poil est même devenu politique, on le revendique.
 

Sur le même sujet

Les + Lus