“Nous avons besoin de vous”, l’association féministe Nous Toutes 54 est en péril

L’association féministe Nous Toutes 54 manque de membres actifs à Nancy. Si elle n’arrive pas à reformer une équipe d’ici juin 2024, elle risque de disparaître.

Suite à de nombreux départs de membres, prévus dans les prochaines semaines, Nous Toutes 54 recrute une nouvelle équipe, pour continuer de faire vivre le féminisme à Nancy (Meurthe-et-Moselle). "Si nous n’arrivons pas à reformer une équipe solide d’ici juin 2024, il est probable que l’association cesse provisoirement ou définitivement d’exister à Nancy", alerte l’association de lutte contre les violences sexistes et sexuelles dans son communiqué.

Reprendre le flambeau de la lutte féministe

Nous Toutes 54 existe sous forme de collectif depuis 2019, puis d’association depuis 2021. Évangéline est membre de l’association féministe depuis un an. À 20 ans, elle termine une licence en métiers du livre et du patrimoine à Nancy et gère en parallèle la communication de Nous Toutes 54. "Dans l’association, on est une petite quinzaine de membres actifs dont trois mobilisés quotidiennement. Malheureusement, ces trois personnes (dont elle fait partie) vont devoir quitter Nancy pour des raisons professionnelles. Nous avons besoin de vous, de votre engagement et de votre motivation", insiste la militante.

Le plus important est que le féminisme continue de vivre à Nancy

Évangéline Neveu, 20 ans, étudiante et militante féministe

Depuis ses débuts, Nous Toutes 54 organise des mobilisations telles que les grandes manifestations féministes du 8 mars et du 25 novembre et contribue à plusieurs événements, notamment des conférences et des ciné-débats ou café-débats. Avec plusieurs projets déjà bien ancrés dans la vie locale, tout est prêt pour la reprise de flambeau. "De la trésorerie à la communication, nous avons tout préparé pour la transition. Évidemment, les futur(e)s membres pourront aussi inventer d’autres moyens d’agir, au gré de leurs envies. Le plus important est que le féminisme continue de vivre à Nancy", résume la jeune femme.

Le label "safe bar", contre les violences sexistes et sexuelles

En parallèle, pour réagir aux témoignages d’agression ou viol dans les bars et boîtes de nuit, Nous Toutes 54 a aussi créé fin 2021 le label "safe bar" ("bar sûr", en français). L’association effectue des formations pour les bars nancéiens. En contrepartie, ces établissements s’engagent à procéder à une sensibilisation et à se montrer vigilants face aux comportements de leur clientèle. Quatre bars sont labellisés à Nancy, le Schmilblick, le Bar à Mousse, le Court-Circuit et Les Berthom.

Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par NousToutes54 (@noustoutes54)

Pour échanger autour du futur de l'association, Nous Toutes 54 organise une rencontre, jeudi 16 mai 2024, dès 20h au Café Les Artistes, 36 rue Stanislas à Nancy. La participation à cet événement, ouvert au public, est à confirmer sur le compte Instagram ou Facebook de Nous Toutes 54.