Reconfinement : polémique autour de la fermeture de certains commerces de Nancy

Le nouveau confinement a pris effet vendredi 30 octobre et amène son lot de restrictions et de fermetures d’établissements, à compter du 30 octobre et jusqu’au 1er décembre au moins. À Nancy, une partie des commerçants et des habitants exigent la réouverture de leurs enseignes.
Les grandes surfaces peuvent rester ouvertes.
Les grandes surfaces peuvent rester ouvertes. © Eric Molodtzoff
Emmanuel Macron a annoncé le 28 octobre un nouveau confinement, effectif dès vendredi 30 octobre et qui durera au moins jusqu’au 1er décembre. Cette décision entraîne la fermeture de nombreux lieux. Les commerçants et une partie des Nancéiens se disent opposés à la fermeture de ces établissements, considérés comme « non-essentiels » par le gouvernement. 
 

Une lettre ouverte à Mathieu Klein


Une lettre ouverte au Maire de Nancy et Président de la Métropole du Grand Nancy, Mathieu Klein, a été rédigée par le collectif citoyen nancéien « Par-delà les murs ». Celui-ci exige un arrêté municipal autorisant le maintien de l'ouverture des commerces non-alimentaires dans la ville de Nancy et son agglomération, sur le modèle de l’arrêté pris le 29 octobre 2020, par le maire de Migennes, dans l’Yonne
  

Nous demandons simplement l’égalité des chances, on ne trouve pas que ce soit normal que les multinationales et les PME ne soient pas logées à la même enseigne.

Morgan Barbe, du collectif citoyen « Par-delà les murs »


L’un des membres du collectif, dénonce un « combat déloyal entre petits commerçants et multinationales », qui peuvent pour certains rester ouverts, continuer de faire de la vente en ligne ou encore du click and collect (retrait en magasin). « Nous demandons simplement l’égalité des chances, on ne trouve pas que ce soit normal que les multinationales et les PME ne soient pas logées à la même enseigne », s’indigne Morgan Barbe, du collectif « Par-delà les murs ».
 

Pour les petits commerçants ça va être très dur, on sait que le report d’achats va se faire sur internet.

Sébastien Duchowicz, Président de l’association des vitrines de Nancy (54)


Déjà très fragilisés par plusieurs mois de crise, plusieurs commerces endettés risquent de mettre la clef sous la porte selon Sébastien Duchowicz, Président de l’association des vitrines de Nancy. « On a relativement bien travaillé depuis le déconfinement, mais pas assez pour récupérer. Pour les petits commerçants ça va être très dur, on sait que le report d’achats va se faire sur internet », s’inquiète le commerçant.

De son côté, Emmanuel Macron a annoncé dans son discours du 28 octobre que « si d’ici 15 jours, nous maîtrisons mieux la situation, nous pourrons alors réévaluer les choses et espérer ouvrir certains commerces, en particulier dans cette période si importante avant les fêtes de Noël »
Qu’est-ce qui reste ouvert, qu’est-ce qui ferme ?
  • Un certain nombre de commerces restent ouverts. Tous les commerces essentiels (comme les commerces alimentaires, les marchés couverts et en plein air), les commerces en lien avec la santé (tels que les pharmacies), les magasins de bricolage, les garages automobiles, les opticiens, les magasins d’équipement informatique, les commerces de matériels de télécommunication, les revendeurs de presse, les papeteries, les jardineries, le commerce de gros, les magasins pour animaux de compagnie, les agences d’intérim, les laveries et blanchisseries, les banques, les services de poste, ou encore les assurances. Les commerces permettant le retrait et la livraison de commandes ont également l’autorisation de maintenir leur activité. 
  • Cependant, beaucoup de commerces doivent baisser leurs rideaux. Comme au printemps dernier, les bars et les restaurants ferment pour le second confinement. Seule la vente à emporter et la livraison restent autorisées. Les musées, les cinémas, les théâtres, les piscines, les salles de sport, les bibliothèques, les commerces d’équipement de la personne (comme les magasins de prêt-à-porter), les fleuristes, les coiffeurs, entre autres, doivent également clore leurs portes.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
covid-19 santé société économie