Remaniement : qui est Carole Grandjean, ministre déléguée chargée de l’Enseignement et de la Formation professionnelle?

Publié le Mis à jour le

La députée de Nancy, Carole Grandjean, fait son entrée dans le gouvernement Borne. Une arrivée surprise qui s'inscrit dans le renouvellement des personnalités sur l'échiquier politique. Elle occupera le poste de ministre déléguée chargée de l’Enseignement et de la Formation professionnels.

Elle travaillera principalement auprès d'Olivier Dussopt, ministre du Travail, du Plein emploi et de l'Insertion. La députée de Nancy, Carole Grandjean, devient ministre déléguée chargée de l’Enseignement et de la Formation professionnelle dans le nouveau gouvernement Borne. Difficile à joindre après l'annonce de cette nomination, Carole Grandjean s'est contentée au téléphone d'un rapide, "laisser moi un message et je vous répondrai" avant de raccrocher dans l'urgence. Pas de doute, une nouvelle vie commence.

J’ai hâte d’être à la tâche... L'objectif, c'est d'atteindre le plein emploi à l’horizon 2027 !

Carole Grandjean, ministre déléguée chargée de l’Enseignement et de la Formation professionnelle

Pour avoir une réaction, il faut patienter mais l'élue tient ses promesses malgré un emploi du temps explosif. "C’est un sentiment mêlé mais c’est beaucoup d’honneur et j’ai hâte d’être à la tâche et à la hauteur de ce qui m’est confiée" explique t-elle, "pour moi c’est une forme de reconnaissance, bien évidemment, de tout le travail accompli depuis que je me suis en politique. Le président de la République et la Première ministre, Elisabeth Borne me font l’honneur et la confiance de me nommer ministre déléguée, chargée de l'Enseignement et de la Formation professionnels. Je travaillerai donc aux côtés des Ministres Olivier Dussopt et Pap Ndiaye à l'Éducation nationale et la Jeunesse. Je suis consciente de tous ces enjeux pour les jeunes mais aussi les plus éloignés de l’emploi et les seniors. L'objectif, c'est d'atteindre le plein emploi à l’horizon 2027 !"

Agée de 39 ans, Carole Grandjean a été facilement réélue dans la première circonscription de Nancy (Meurthe-et-Moselle) lors des dernières législatives. C'est une macroniste de la première heure. Avant d'entrer en politique, elle était responsable RH au sein de la multinationale française spécialisée dans la restauration collective, Elior.

Cap sur les réformes

Au parlement, elle suivait jusque maintenant des dossiers liés au travail et peu à l'enseignement. "L'une des grandes réformes que souhaitent faire le président de la République et le gouvernement, c'est la question de la formation professionnelle et la réforme du Lycée professionnel " explique Christophe Choserot, maire de Maxéville, près de Nancy et membre du bureau national LREM, "on n'est donc pas vraiment éloigné des questions de travail et du défi qui est devant nous, avec un chômage bas et la difficulté à trouver des gens formés".

La transformation du lycée professionnel, c'est un "immense chantier" annoncé par Emmanuel Macron pendant sa campagne, avec la volonté de rapprocher davantage l'école et les entreprises. Le président avait dit vouloir s'inspirer de la réforme de l'apprentissage pour cette "grande réforme", en accroissant notamment les périodes de stages en entreprise des lycéens professionnels.

"On est extrêmement inquiet du périmètre du poste de Carole Grandjean, car c'est la première fois que les lycées professionnels ne relèvent plus uniquement de l'Education nationale", a regretté auprès de l'AFP Sigrid Girardin, du syndicat enseignant Snuep-FSU. "On craint que l'objectif soit de privilégier l'employabilité immédiate au détriment des formations équilibrées". Pour Vincent Magne, professeur d'histoire et de lettres en lycée professionnel et membre de l'association des professeurs d'histoire-géographie (APHG), il y a une "crainte que la formation professionnelle soit vue uniquement comme une voie pour former des ouvriers, alors qu'elle ne se résume pas à cela".

Carole Grandjean fait partie de cette nouvelle génération avec un regard différent sur la politique

Christophe Choserot, maire de Maxéville, près de Nancy et membre du bureau national LREM

Stratégiquement, Carole Grandjean s'inscrit dans un processus de renouvellement des personnalités au cotés des poids lourds de la macronie. "Elle est issue du renouveau politique" analyse Christophe Choserot, "elle s'est engagée en politique en 2016 avant d'être très vite élue députée. En juin dernier, elle est réélue dans un moment où nous n'avions pas le vent dans le dois. Oui, on peut dire que Carole Grandjean fait partie de cette nouvelle génération avec un regard différent sur la politique".

Carole Grandjean rejoint donc le nouveau gouvernement Borne 2 qui compte 41 membres dont 16 ministres, 15 ministres délégués et 10 Secrétaires d'Etat. La parité y est respectée (21 hommes et 21 femmes en comptant la cheffe du gouvernement), même si ces dernières sont sur-représentées aux postes de secrétaires d'Etat.

Le chef de l'Etat, Emmanuel Macron et Elisabeth Borne ont respecté une autre parité, celle du sillon Lorrain. Dans le gouvernement, Metz et Nancy sont représentés à égalité avec François Braun et Carole Grandjean.