Meurthe et Moselle : pas question pour le département de revenir sur la vitesse maximale de 80 km/h sur les routes

Les automobilistes continueront de rouler à la vitesse maximale de 80 km/h sur les routes secondaires de Meurthe et Moselle. Ainsi en a décidé la nouvelle présidente du Conseil Départemental Valérie Beausert-Leick. Elle répondait ce lundi aux élus de l’opposition qui demandaient un débat.  

Il faudra continuer à rouler à 80 km/h maximum sur les routes secondaires en Meurthe et Moselle, même si des départements limitrophes passent à 90 km/h
Il faudra continuer à rouler à 80 km/h maximum sur les routes secondaires en Meurthe et Moselle, même si des départements limitrophes passent à 90 km/h © Jean-Pierre Petitcolas pour FTV
"Je ne dérogerai pas à la loi". La réponse de la nouvelle présidente du Conseil départemental de Meurthe et Moselle, Valérie Beausert-Leick, lors de cette session de rentrée du lundi 28 septembre 2020, est on ne peut plus claire ! Pas question pour elle de rouvrir le dossier sur la vitesse maximale de 80 km/h sur les routes départementales. C’est pourtant ce qu’espéraient les élus départementaux du groupe "Union de la droite et du centre", en la questionnant à ce sujet, devant le nouveau préfet.

Du côté de l’opposition, la pilule a du mal à passer. D’autant plus que l’ancien président du Conseil Départemental, aujourd’hui devenu maire, Mathieu Klein, avait prévu d’ouvrir la discussion.
Luc Binsinger, conseiller départemental et président du groupe "Union de la droite et du centre' demande une étude au cas par cas
Luc Binsinger, conseiller départemental et président du groupe "Union de la droite et du centre' demande une étude au cas par cas © Jean-Pierre Petitcolas pour FTV


La juste vitesse

Il y a deux ans, l’Etat réduisait la vitesse maximale sur les routes secondaires à 80 km/h.  Une expérimentation qui avait pour but de mesurer l’impact sur le nombre de morts. L’Etat avait fini par redonner la main aux départements pour qu’ils puissent demander une dérogation dans le milieu rural par exemple, s’ils la jugeaient utile. Visiblement, ni le nouveau Préfet présent ce lundi, ni la nouvelle Présidente ne souhaitent revenir sur la question.

Ce n’est pas au département de décider, c’est à l’Etat. Nous nous occupons de la sécurité des routes.

- Valérie Beausert-Leik, présidente du Conseil Départemental de Meurthe-et-Moselle

Une décision très tranchée, qui va à l’encontre de ce que pensent les conseillers du groupe "Union droite et centre". Pour eux, il est nécessaire d’ouvrir le débat en interne, afin que les institutionnels puissent ensemble étudier chaque route au cas par cas.

L’esprit ce n’est pas de rouvrir les vannes, mais d’étudier concrètement là où c’est possible de rouler à 90 km/h, là où c’est mieux de rouler à 80 km/h et là où il faut rouler à 70 km/h. C’est bien une prérogative du Conseil Départemental

- Luc Binsinger, Conseiller départemental, Président du Groupe Union de la droite et du centre.

Interrogé ce mardi matin 29 septembre 2020, le directeur de l’automobile club Philippe Thomardel, partage cet avis. Il demande "la juste vitesse". Il réclame également des chiffres clairs sur le nombre de vies épargnées depuis la mise en place de l’expérimentation dans le département de Meurthe et Moselle.

95 % de nos adhérents ne comprennent toujours pas cette mesure

-Philippe Thomardel , directeur de l’Automobile Club Nancy


Le nouveau préfet Arnaud Cochet, représentant de l’Etat, est lui sur la même longueur d’onde que la présidente du Conseil Départemental, il n’est pas favorable au passage que 90 km/h.

Si la porte semble fermée, les élus de l’opposition entendent bien la rouvrir.  Ils devraient présenter une motion ce mercredi 30 septembre dans la deuxième partie de cette session de rentrée. En France, une douzaine de départements ont choisi de revenir sur la limitation de 80 km/h sur les routes secondaires.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
routes lorraines économie transports routes