Grand Est : faire ses courses pendant le confinement, la double peine des communes rurales

Depuis le 4 avril, il est autorisé de faire des achats jusqu'à 30 km de chez soi. Mais au-delà de 10 km, une attestation dérogatoire est nécessaire. Une contrainte pour les habitants de certains villages, déjà éloignés des supermarchés.

Vaubecourt. Un village meusien de 312 habitants, à proximité de la Marne. Une boulangerie, un producteur local de viande, mais pas de supermarché. Pour faire ses courses, il faut attendre le marché hebdomadaire de Seuil-d'Argonne, ou rejoindre le supermarché de Fains-Veel, 18 kilomètres plus loin (à vol d'oiseau).

Mais depuis le dimanche 4 avril 2021 et les nouvelles mesures sanitaires, les habitants sont obligés de remplir une attestation pour se déplacer au-delà de 10 km de leur domicile. Pas de quoi bouleverser les habitants, mais on sent un peu de lassitude chez la maire du village.

"Pour ce confinement, on a beaucoup pensé aux villes, pas beaucoup au milieu rural", estime la maire (SE) Martine Aubry. "Malgré les marchés qui se développent et les commerces ambulants, le supermarché reste nécessaire." Et ce, pour une majorité de personnes.

C'est encore loin, le supermarché ?

D'après un sondage Ipsos, 60% des Français font leurs courses dans un supermarché ou un hypermarché, des magasins où la surface de vente est supérieure à 400 m².

Dans le Grand Est, 11% des communes ont au moins un supermarché ou hypermarché sur leur territoire, avec des disparités importantes d'un département à l'autre. 24% dans le Bas-Rhin, 20% dans le Haut-Rhin, ce qui fait que la grande majorité des Alsaciens n'a besoin d'attestation pour rejoindre le supermarché le plus proche.

En revanche, on tombe à 5% en Haute-Marne, ou dans la Meuse.

La solidarité des villages

Dans plusieurs territoires, comme à Vaubecourt, l'attestation dérogatoire reste donc nécessaire pour se rendre dans un supermarché ou hypermarché, situé à plus de 10 km. "Les gens s'y sont habitués, malheureusement", tempère Martine Aubry. La maire loue la chaîne de solidarité qui s'est mise en place dans son village. Des habitants vont faire les courses pour les personnes les plus en difficulté, et la mairie propose d'imprimer des attestations à ceux qui n'ont pas accès à un ordinateur.

A Gondrecourt-le-Château, dans le sud de la Meuse, la situation est semblable. A ceci près que le village dispose d'une supérette, "qui apporte un service satisfaisant", assure le maire (SE) Daniel Renaudeau. "Bien sûr, pour des achats conséquents, il y a besoin d'aller plus loin, au supermarché, mais le confinement ne change rien à ça." Le couvre-feu à 19h est davantage perçu comme une contrainte, que le fait de devoir préparer une attestation en journée.

"A la campagne, c'est plus facile de prendre l'air. Les forces de l'ordre connaissent les contraintes et ne multiplient pas les contrôles", relativise Daniel Renaudeau.

Les règles de déplacement pour vos achats

Comment visualiser le périmètre de 10 km autour de chez vous ? 

Plusieurs outils en ligne vous permettent de tracer un rayon de 10 kilomètres autour de chez vous, comme le calculateur de Google ou le module du géoportail de l'IGN.

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
confinement santé société covid-19 ruralité économie consommation