Cet article date de plus de 3 ans

Bois Lejuc : 33 habitants de Mandres déposent un recours pour faire annuler la délibération

Après le vote, dans une ambiance tendue, du conseil municipal de Mandres (Meuse) jeudi 18, ces habitants ont déposé lundi 22 mai 2017 un recours devant le tribunal administratif de Nancy pour faire annuler la nouvelle délibération de cession de la parcelle boisée recouvrant le laboratoire de CIGEO.

Dépouillement des votes sur la seconde délibération de cession du Bois Lejuc par Mandres-en-Barrois à l'ANDRA, jeudi 18 mai 2017.
Dépouillement des votes sur la seconde délibération de cession du Bois Lejuc par Mandres-en-Barrois à l'ANDRA, jeudi 18 mai 2017. © FTV
Ils l'avaient annoncé, ils l'ont fait. 
Soutenu par le réseau Sortir du nucléaire, trente-trois habitants du village de Mandres-en-Barrois (Meuse) ont déposé un recours, lundi 22 mai 2017, devant le tribunal administratif de Nancy (Meurthe-et-Moselle) pour faire annuler la délibération intervenue, dans une atmosphère tendue, jeudi 18 mai 2017. (voir notre article).

Cette délibération était la seconde prise par le conseil municipal de Mandres concernant la cession d'une parcelle du Bois Lejuc à l'Andra. La première avait été retoquée par le tribunal administratif en raison d'irrégularités.

Les trente-trois requérants ont publié une lettre ouverte pour expliquer leur action. Ils dénoncent une nouvelle fois

un vote sans légitimité et des conflits d'intérêts de certains votants.

Ils expliquent notamment que la délibération ayant obtenu six voix pour et cinq contre montre l'absence d'acceptabilité sociale du projet CIGEO d'enfouisssement de déchets nucléaires extrêmements dangereux.


Ce courrier est à lire ci-dessous (Pdf. 45Ko) :

Lettre des habitants de Mandres contre la délibération municipale du 18 mai 2017




Poursuivre votre lecture sur ces sujets
cigeo environnement nucléaire société