Cet article date de plus de 3 ans

Bure. De la prison requise contre un opposant au projet d'enfouissement des déchets nucléaires

Un opposant au projet d'enfouissement de déchets nucléaires à Bure a été condamné à six mois de prison ce mardi à Bar-le-Duc, à la frontière de la Meuse et de la Haute-Marne. En cause : il avait menacé de mort les gendarmes lors d'une perquisition et refusé de coopérer.
La "Maison de la résistance", lors de la perquisition de septembre 2017.
La "Maison de la résistance", lors de la perquisition de septembre 2017. © Jean-Noël Portmann / MaxPPP
Six mois de prison. C'est la peine qu'a retenu le tribunal correctionnel de Bar-le-Duc contre un opposant au projet Gigéo à Bure, à la frontière entre la Meuse et la Haute-Marne. L'individu, âgé de 49 ans, s'est dit en "état de choc" et de "sidération" à l'issue de ce jugement, selon l'AFP.

Menaces et rébellion


En septembre dernier, lors d'une perquisition à la "Maison de la Résistance", lieu de réunion des militants anti-nucléaires de Bure, le quadragénaire s'est fait interpellé et aurait refusé de coopérer. Le prévenu se serait montré "virulent" et les aurait menacés à plusieurs reprises.



Finalement, le ministère public a retenu quatre mois pour les menaces de mort contre les gendarmes et deux mois pour le refus de donner ses empreintes digitales et de se faire photographier. Il a demandé la relaxe pour la rébellion et le refus de se soumettre à un test d'alcoolémie.

Quant à son avocat, Me Bonaglia, il dénonce "l'arsenal répressif déployé et les choix faits en termes de politique criminelle" à l'encontre des opposants au projet Cigéo. Selon lui, ces militants sont considérés comme "des citoyens de seconde zone sous un contrôle colonial".

Le délibéré sera rendu le 30 janvier prochain.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
cigeo environnement nucléaire société