Cet article date de plus de 3 ans

Evacuation de la ZAD du Bois Lejuc à Bure : les réactions politiques

Alors que le secrétaire d'État à la Transition écologique, Sébastien Lecornu, est en Meuse pour 2 jours, opposants et soutiens au projet CIGEO à Bure (Meuse) n'ont pas tardé à réagir après l'évacuation ce jeudi 22 février de la ZAD du Bois Lejuc par 500 gendarmes mobiles.
Le secrétaire d'Etat Sebastien Lecornu (à droite) visite le laboratoire sous terrain CIGEO destiné à  stocker les futurs déchets nucléaires à Bure dans la Meuse le 29 janvier 2018.
Le secrétaire d'Etat Sebastien Lecornu (à droite) visite le laboratoire sous terrain CIGEO destiné à stocker les futurs déchets nucléaires à Bure dans la Meuse le 29 janvier 2018. © MaxPPP. Lucas Barioulet
Le premier responsable politique,  opposant au projet CIGEO à Bure, à réagir à l'annonce de l'expulsion des zadistes par les gendarmes du site de 221 hectares au Bois Lejuc a été Jean-Marc Fleury sur l'antenne de France Info :

Le président (EELV) de l’association d’élus opposés au futur site d’enfouissement des déchets nucléaires dans la Meuse (EODRA) explique  que l'évacuation a été "une surprise (...) d'autant que le secrétaire d'État à la Transition écologique, Sébastien Lecornu, est dans la Meuse aujourd'hui et qu'il avait demandé à nous rencontrer demain (à 9h pour un table ronde, NDLR).

Nous avions accepté, mais nous n'irons pas le rencontrer. Ce ne sont pas des conditions de dialogue ce qui se passe.

Faire "un nouveau Notre-Dame-des-Landes à Bure"

Pour le représentant des élus anti-Bure, "la concertation, l'État n'en voulait pas, monsieur Hulot n'en veut pas, le Premier ministre n'en veut pas, monsieur Macron non plus.

Ces gens-là ont décidé de montrer leurs muscles et bien qu'ils les montrent et nous on va montrer ce dont on est capable."


Jean-Marc Fleury s'est dit déterminé et annonce vouloir "reprendre ce bois", faisant de Bure "un nouveau Notre-Dame-des-Landes".

De son côté, Jean-François Bodenreider, président de l'association Les Habitants vigilants, estime que "le fait d'expulser par la violence des gens qui occupent le site ne va que déplacer le problème, et ne rien changer à notre détermination."
© Jean-Philippe Tranvouez - France 3 Lorraine
© Jean-Philippe Tranvouez - France 3 Lorraine
© Jean-Philippe Tranvouez - France 3 Lorraine
© Jean-Philippe Tranvouez - France 3 Lorraine
© Jean-Philippe Tranvouez - France 3 Lorraine
© Jean-Philippe Tranvouez - France 3 Lorraine
© Jean-Philippe Tranvouez - France 3 Lorraine
© Jean-Philippe Tranvouez - France 3 Lorraine

Pas de Zones de non-droit​

Interrogé sur BFM, Christophe Castaner,le délégué général de LREM a indiqué qu'il n'était “pas question” de laisser “des zones de non droit” prospérer et “des gens s'enkyster des gens qui décident ce nqui est bon pour la Nation, pour eux, contre la Loi“.

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
cigeo environnement nucléaire société politique