Georgia Tech perce les secrets des oeuvres d'art

L’école ‘’ Georgia Tech Lorraine’’ à Metz vient de mettre au point une machine d’imagerie pour étudier, dater et connaître l’origine des œuvres d’art. Ce jeudi 11 janvier 2018, un tableau de la Vierge Marie en prière a été passé au peigne fin.

Janvier 2018
Janvier 2018 © Pascal ATEMENOU
Dans ce laboratoire  de recherche, Alexandre Locquet enseignant chercheur à Georgia Tech Lorraine travaille sur une œuvre du peintre italien du XVIIe siècle ‘’Sassoferrato’’ relativement connu. L’objectif pour l’enseignant et ses élèves est de se renseigner sur les techniques de l’artiste, d’authentifier l’œuvre, et de faire des revernissages grâce à un système d’imagerie Terahertz. Cette machine (système d’imagerie) permet d'observer les différentes couches de peintures et le vernis utilisés par le peintre. 

La Vierge Marie en prière. Un tableau de l'italien Sassoferrato / Janvier 2018
La Vierge Marie en prière. Un tableau de l'italien Sassoferrato / Janvier 2018 © Pascal ATEMENOU



Alexandre examine le tableau / Janvier 2018
Alexandre examine le tableau / Janvier 2018 © Pascal ATEMENOU



Alexandre explique à ses élèves le travail à faire / Janvier 2018
Alexandre explique à ses élèves le travail à faire / Janvier 2018 © Pascal ATEMENOU

Selon Alexandre Locquet :  "le système d’imagerie Terahertz s’introduit au cœur des œuvres pour les comprendre"

                   
                   Une ouverture sur le monde de l’art


Grâce à ce progrès technique , ‘’ Georgia Tech Lorraine’’ compte aller plus loin dans l’authentification et la conservation des œuvres d’art par le biais de ce dispositif dont le coût est évalué à des centaines de milliers d'euros.



Système d'imagerie Terahertz / Janvier 2018
Système d'imagerie Terahertz / Janvier 2018 © Pascal ATEMENOU



 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
art culture technologies