• MÉTÉO
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • DÉCOUVERTE
  • FAITS DIVERS

De Metz à Auschwitz : les élèves du lycée de La Communication poursuivent leur voyage à Cracovie

Les élèves du Lycée de La Communication devant le mur du ghetto de Cracovie (Pologne) / © France 3 Lorraine / Yves Kreidl
Les élèves du Lycée de La Communication devant le mur du ghetto de Cracovie (Pologne) / © France 3 Lorraine / Yves Kreidl

Jeudi 4 avril, les 60 élèves du lycée de La Communication de Metz étaient à Cracovie. Troisième étape d'un voyage de six jours vers les camps de concentration d’Auschwitz-Birkenau en Pologne.
 

Par Yves Kreidl

Les élèves de terminale du Lycée de La Communication ont quitté Metz (Moselle) lundi 1er avril 2019. Le voyage s’achève vendredi 4 avril 2019 avec la visite des camps de concentration d’Auschwitz-Birkenau (Pologne).

Après Nuremberg et Prague, l’idéologie nazie et la culture juive, c’est à Cracovie qu’ils ont fait une nouvelle étape.
La ville polonaise est surtout connue pour l’histoire de son ghetto pendant la Seconde Guerre Mondiale.

Les élèves racontent la visite en images

Depuis le début du voyage huit élèves ont créé un carnet de voyage connecté.
Photos, vidéos et commentaires sont  écrits avec Yves Kreidl, journaliste de France 3 Lorraine et publiés sur le réseau social Instagram avec le nom  « metz.auschwitz ».
  
Avant la guerre, on évalue à 80.000 le nombre de juifs qui vivent à Cracovie.
Ils habitent majoritairement dans le quartier de « Kazimierz », où ils cohabitent notamment avec des cracoviens catholiques.

A partir de mars 1941, les nazis créent le ghetto à « Podgórze ».
Les 3.000 résidents non juifs laissent place à plus de 15. 000 nouveaux occupants, 45.000 y seraient passés en deux ans.

Le mur de trois mètres de haut entoure la zone dans laquelle quatre portes ont été créées.
Aujourd’hui seuls deux tronçons de quelques mètres de ce mur sont encore visibles à Cracovie.
 Dans le ghetto les Juifs étaient astreints au travail forcé, notamment dans le camp de Plaszow au sud-est de la ville.
8.000 d’entre eux sont morts sur ce site entre 1941 et 1943.
La fabrique d'émail d'Oskar Schindler, qui parvint à sauver une partie de ses travailleurs, se situait un peu plus à l'est, en dehors des limites du ghetto.

Quand la fiction rejoint l’Histoire

1993, les élèves du Lycée de La Communication de Metz sont à Cracovie, un des premiers voyages organisé par le professeur de philosophie William Schuman.

En visitant le ghetto, ils tombent sur une scène impressionnante: des dizaines de femmes et d’hommes se déplacent en cortège dans la rue.
A leurs bras, une étoile juive, pour les faire avancer des soldats en uniforme de l’armée allemande.

La fiction rejoint l’Histoire, Steven Spielberg a posé ses caméras dans le ghetto de Cracovie. Il tourne « La Liste de Schindler ».
Le journaliste Patrick Germain était présent ce jour-là pour France 3 Lorraine.

Un retour dans le temps commenté par William Schuman, professeur de philosophie et organisateur du voyage depuis plus de 25 ans :

 On a le sentiment de ne pas être dans un film.
- William Schuman, Professeur de philosophie -

 
Tournage du film "La Liste de Schindler"


Vendredi 5 avril 2019, le voyage des 60 élèves du Lycée de La Communication de Metz s’achèvera avec la visite des camps de concentration d’Auschwitz-Birkenau.
Le moment le plus fort de ce périple de six jours en Europe de l’Est.


 

A lire aussi

Sur le même sujet

Restauration intérieure de la Villa Majorelle à Nancy

Les + Lus