Nouvelle piste dans l'affaire Estelle Mouzin

© JT du 10 janvier France 3 Lorraine
© JT du 10 janvier France 3 Lorraine

Le père d'Estelle Mouzin a annoncé hier lors d'une conférence de presse qu'il portait plainte contre l'Etat pour faute lourde et mauvaise gestion du dossier dans l'affaire de la disparition de sa fille. Plusieurs pistes auraient été négligées, dont celle d'un délinquant sexuel messin.

Par Morgane Hecky et Stéphane Robert

Estelle disparaissait il y a 15 ans en Seine-et-Marne, le 9 janvier 2003. Malgré une mobilisation massive et une succession de sept juges d'instruction sur l'affaire, la fillette est restée introuvable. Depuis 2003 cent cinquante personnes ont été placées en garde à vue et des milliers auditions et de perquisitions ont été effectuées.

Aujourd'hui Eric Mouzin passe à l'offensive : son combat est celui d'un père qui n'a plus confiance en la justice. Il a donc pris la décision d'attaquer l'Etat pour faute lourde pour mauvaise gestion du dossier d'Estelle. 


Une piste messine 

Lors de la conférence de presse donnée le 9 janvier les avocats d'Eric Mouzin ont brièvement évoqué une piste messine ignorée jusqu'à présent par la justice, comme le révèle le Républicain Lorrain. A l'occasion de la publication d'un portrait robot en 2003 des enquêteurs messins trouvent une étrange ressemblance avec un homme bien connu des services.

Cet homme est l'auteur de l'incendie du palais des Sports de Metz dans la nuit du 6 au 7 mars 1999. Condamné à trois ans de prison ferme, il reste sous surveillance après sa remise en liberté et est convoqué dans le cadre d'une affaire d'exhibitionnisme. Les enquêteurs sont frappés de la ressemblance entre le portrait robot de l'affaire d'Estelle Mouzin et l'individu.    

Aujourd'hui le père d'Estelle Mouzin reproche à la justice de ne jamais avoir exploité cet élément troublant. 

 

Reportage : C. Gomond / C. Chohin / G. Chatignoux

 

Comme chaque année depuis quinze ans, Eric Mouzin organise une marche silencieuse le samedi 13 janvier à partir de 16 heures à l'allée du temps perdu (devant la boulangerie). Une réunion publique commencera à 14 heures à l'espace Proust (à côté de la mairie de Guermantes).

A lire aussi

Sur le même sujet

Extrait "Paroles de flic, un passé stupéfiant" - Le prix de l'héroïne

Les + Lus