Reconfinement : des salles de sport ouvertes aux personnes munies d’une ordonnance

Alors que le gouvernement a imposé la fermeture de toutes les salles de sport pour limiter la propagation du Covid-19, quelques établissements restent ouverts aux personnes souffrant de maladies chroniques et munies d’une prescription médicale d’activité physique adaptée.

Les salles de sport ont dû refermer leurs portes depuis le début de ce second confinement. Impossible de pratiquer du sport dans ces lieux, exception faite des personnes atteintes de pathologies lourdes, telles que le cancer, le diabète ou l’obésité et munies d’une prescription médicale. 

La condition, être muni(e) d’une ordonnance d’activité physique adaptée

Kevin est obèse, il se rend dans une salle de sport située à Metz une fois par semaine. Il dispose d’une prescription médicale d’activité physique adaptée (APA), délivrée par son médecin. Le jeune homme mesure la chance qu’il a de pouvoir continuer de s’entraîner normalement malgré le confinement : "Chez moi, ça aurait été plus compliqué de continuer une pratique sportive. D’abord, parce-qu'ici on a tout le matériel mais surtout parce-qu’on bénéficie d’un moment privilégié avec la coach, qui nous corrige, nous guide et qui adapte les exercices".

Sur des maladies chroniques, on constate un énorme pas en arrière quand on ne pratique pas.

Mirabelle Coinus, coach sportive et enseignante en activité physique adaptée à Metz

Depuis 2016, les médecins peuvent prescrire une activité physique adaptée (APA) aux personnes atteintes de longues maladies, comme par exemple le surpoids et l’obésité, les maladies cardio-vasculaires, le diabète, certains cancers et les maladies comme la dépression ou la Alzheimer. Mirabelle Coinus, coach sportive et enseignante en activité physique adaptée à Metz, accompagne les malades dans leur autonomie et vers la diminution des symptômes liés à leur pathologie : "Sur des maladies chroniques, on constate un énorme pas en arrière quand on ne pratique pas. On ne sait pas combien de temps encore peut durer le confinement, c’est important de continuer une pratique régulière". Cette expérience n’avait pas été prévue au printemps 2020, lors du premier confinement. Pourtant, il est prouvé que le sport agit comme un "médicament" sur les affections de longue durée. Il tient un rôle dans la prévention et la réduction des facteurs de risque et la limitation des symptômes de la maladie.