• MÉTÉO
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • DÉCOUVERTE
  • FAITS DIVERS

Sarrebourg : Incendies volontaires et destructions de radars sur la RN4

En Lorraine comme partout en France, beaucoup de radars ont été endommagés en 2018 et 2019 / © O. Bouillon - France3 Lorraine
En Lorraine comme partout en France, beaucoup de radars ont été endommagés en 2018 et 2019 / © O. Bouillon - France3 Lorraine

Le constat de dégradations de quatre radars sur la RN4, entre novembre 2018 et mars 2019, ont conduit les gendarmes de la brigade de recherche de Sarrebourg (Moselle) à procéder à l’identification et à l’interpellation de huit personnes.

Par T. Jarvillet

La préfecture de la Moselle indique dans un communiqué de presse du 19 juillet 2019 que huit personnes se revendiquant du mouvement « gilets jaunes » ont été interpellées par les gendarmes de Sarrebourg pour la dégradation de quatre radars sur la RN4, à hauteur des communes de Heming, Ibigny, Brouxviller et Gondrexange entre novembre 2018 et mars 2019.

Il est précisé dans le communiqué que « parmi les huit personnes poursuivies, quatre d’entre elles ont reconnu leur participation aux dégradations commises, et ont été condamnées en juin 2019 par le tribunal de grande instance de Metz à quatre mois de prison avec sursis et à la saisie de deux véhicules, afin de couvrir l’amende de près de 100.000 euros des dégâts causés ».

La préfecture de la Moselle rappelle que « les radars jouent un rôle de régulateur de vitesse. Ils ont été mis en place pour lutter contre l'insécurité routière et faire évoluer le comportement des usagers de la route (…) Par sa présence 24h/24h, le radar sauve des vies en dissuadant les usagers de commettre des excès de vitesse. Pour rappel, la vitesse excessive ou inadaptée est responsable d'1 accident mortel sur 3 ».

Risque de condamnations pénales


Selon les autorités, la dégradation d’un radar constitue un délit qui peut aboutir à une condamnation pénale. Le coût d'intervention sur les radars dégradés est élevé et varie selon les dégradations :

- Vandalisme léger : du tag à la vitre cassée : en moyenne 500 € tous types de radars confondus.
- Vandalisme lourd : cabine détruite à remplacer, selon le type d’équipement installé :
• Radar fixe et discriminant : entre 60 000 et 80 000 € (dont 30 000 à 40 000 € pour la cabine) 
• Radar autonome (ou de chantier) : 75 000 €
• Radar vitesse moyenne : de 120 000 à 200 000 € selon l’ampleur des travaux de génie civil requis.

 

Sur le même sujet

Écuroduc Vandoeuvre-lès-Nancy

Les + Lus