Un nouvel opérateur grande vitesse pour relier Strasbourg à Paris, via Lorraine TGV, Meuse TGV et Champagne-Ardenne TGV

À l'horizon 2028, les passagers auront le choix entre l'historique SNCF et un opérateur privé pour se rendre à Paris au départ de Strasbourg, Meuse TGV, Lorraine TGV et Champagne-Ardenne TGV. L'opérateur privé, Kevin Speed, promet des tarifs 30 à 40% moins élevés.

Les belles histoires du dimanche
Découvrez des récits inspirants de solidarité et d'altruisme, et partez à la rencontre de la générosité. Émotions garanties chaque dimanche !
France Télévisions utilise votre adresse e-mail afin de vous envoyer la newsletter "Les belles histoires du dimanche". Vous pouvez vous désinscrire à tout moment via le lien en bas de cette newsletter. Notre politique de confidentialité

C'était un point crucial pour appliquer un modèle de développement. Il est aujourd'hui levé. Le ministre délégué aux Transports, Patrice Vergriete, l’opérateur ferroviaire français Kevin Speed et SNCF Réseau ont rendu public ce jeudi 29 février 2024 "un accord-cadre de réservation de capacité".

En clair, un nouvel opérateur à grande vitesse, concurrent de la SNCF va pouvoir proposer ses offres sur trois premières lignes (1) dont celle qui relie Strasbourg à Paris Gare de l’Est en desservant les gares TGV intermédiaires de Lorraine TGV, Meuse TGV et Champagne-Ardenne TGV.

"Grâce à cet accord, SNCF Réseau, gestionnaire du réseau ferré pour le compte de l’Etat, assure à Kevin Speed de bénéficier, à l’horizon 2028, de sillons toutes les heures de l’ouverture à la fermeture des lignes à grande vitesse - soit jusqu’à 16 passages quotidiens dans chaque sens - sur les 3 lignes du lancement du service" détaille un communiqué du ministère.

Plus de trains à grande vitesse... moins chers

Soulignant un déficit de 100 trains TGV d’ici 2035, Kevin Speed ambitionne de "transformer le transport ferroviaire en offrant des liaisons rapides (300 km/h) et économiques entre les grandes métropoles et les villes environnantes, axées sur les déplacements quotidiens des Français". Les rames de Kevin Speed devaient accueillir jusqu'à 750 passagers, contre 500 pour InOui, 600 pour OuiGo et 700 pour les nouveaux TGV de la SNCF.

L’ouverture du marché permet l’arrivée de nouveaux opérateurs qui augmenteront le nombre de rames et donc l’offre ferroviaire pour les Français, y compris en faveur des villes et métropoles moyennes

Patrice Vergriete, ministre délégué aux Transports

Aucun tarif n'est pour le moment avancé. Certains sites spécialisés dans le transport ferré évoquent des prix 30 à 40% moins élevés qu'à la SNCF.

Cet accord est conclu pour une durée de 10 ans renouvelable avec SNCF Réseau. Le ministre délégué aux Transports, a déclaré que "le projet de Kevin Speed est un exemple concret de ce que notre Gouvernement soutient depuis plusieurs années en faveur de l’augmentation de la part modale du train. L’ouverture du marché permet l’arrivée de nouveaux opérateurs qui augmenteront le nombre de rames et donc l’offre ferroviaire pour les Français, y compris en faveur des villes et métropoles moyennes. Ces derniers seront gagnants en tout point".

Kevin Speed devrait faire rouler ses premiers trains en essai dès 2026 et commercialement à l’horizon 2028.

(1) Lille Flandres - TGV Haute-Picardie - Paris Gare du Nord et Lyon Part-Dieu - Mâcon-Loché TGV - Le Creusot-Montceau-Montchanin TGV - Paris Gare de Lyon.