Réforme territoriale : les élus des petites communes rurales en colère

Les panneaux d'entrée de certains villages Mosellans arborent désormais un crêpe noir. Une façon très symbolique pour certains élus de signifier leur hostilité à un projet de réforme territorial. Un projet qui prévoit de plus grosses intercommunalités. En Moselle, la fronde s'organise.

Les belles histoires du dimanche
Découvrez des récits inspirants de solidarité et d'altruisme, et partez à la rencontre de la générosité. Émotions garanties chaque dimanche !
France Télévisions utilise votre adresse e-mail afin de vous envoyer la newsletter "Les belles histoires du dimanche". Vous pouvez vous désinscrire à tout moment via le lien en bas de cette newsletter. Notre politique de confidentialité

Le seuil minimum d'habitants par intercommunalité devrait passer à 20 000 habitants au lieu de 5 000 actuellement. En Moselle, des 33 intercommunalités qui existent, il ne pourrait donc en rester que 17. Ce projet n'est pas fait pour rassurer les élus des communes rurales qui redoutent de disparaître dans ce nouveau schéma d'organisation. Ils craignent de ne plus avoir leur mot à dire et réclament le maintien de cette proximité. 

Pour protester contre ce que certains nomment "une mise sous tutelle", des pancartes mais aussi des crêpes noirs fleurissent à l'entrée des villages concernés et contestataires. C'est le cas en Moselle à Basse-Ham, Solgne ou Delme. D'autres communes, en Moselle mais aussi en Lorraine devraient se joindre à ce mouvement.

Une manifestation des élus ruraux est prévue le 16 juin prochain. Elle se déroulera à 18h devant la gare de Metz.

 

La fronde des maires des petites communes contre le projet de réforme territoriale.