Régionales 2021 dans le Grand Est : quel avenir politique pour Florian Philippot

Avec un score de 6.95%, en dessous de la barre des 10% espérés pour se maintenir, Florian Philippot  a été tenu en échec dès le premier tour des élections régionales. Même topo aux départementales. Le Président des Patriotes collectionne les échecs. Jusque quand ?

Double échec pour Florian Philippot ce weekend : aux régionales et aux départementales
Double échec pour Florian Philippot ce weekend : aux régionales et aux départementales © Stephane STIFTER, MAXPPP

Dimanche 20 juin, le candidat aux élections régionales a vu sa liste Liberté éliminée dès le premier tour avec 6,95% des voix, loin derrière ses anciens "coéquipiers" du Rassemblement national. Résultats similaires dans le canton de Forbach ou le leader des Patriotes se présentait aux côtés de Patricia Bruckmann : le binôme n’a obtenu que 7.9% des voix, un score qui ne lui permet pas non plus de se maintenir au second tour des départementales. Là encore, c’est le RN qui jouera la partie au second tour face à un binôme Divers Droite.

Défaite à domicile

Cette double défaite régionales/départementales se produit pourtant en territoire connu pour Florian Philippot. L’homme atterrit en Moselle-Est pour débuter sa carrière politique. Parachuté pour les législatives de 2012 dans la circonscription de Forbach, il y a été élu conseiller municipal en 2014 puis député européen de la circonscription Est la même année, et enfin conseiller régional Alsace-Champagne-Ardenne-Lorraine sous l’étiquette RN fin 2015. Dans la région où il entendait créer son fief, le candidat souverainiste n’aura cette fois-ci pas su gagner le cœur des électeurs du Grand Est.

Echecs successifs depuis deux ans

Ces deux nouvelles défaites sont loin d’être les premières pour l’ancien vice-président du Rassemblement National. Florian Philippot avait déjà été fortement affaibli lors des élections européennes de 2019, où il avait perdu son siège de député européen réalisant moins de 1% des voix avec sa liste sous l’étiquette des Patriotes, le parti qu’il a fondé en septembre 2017. Lors des dernières municipales, le président des Patriotes avait déjà essuyé une défaite personnelle à Forbach, où ses 9,7% ne lui avaient pas permis de se maintenir au second tour face à la droite et au centre.

Perte de son dernier mandat électif

Florian Philippot a beau revendiquer avoir décuplé en un an le nombre d’adhérents à son parti (passé selon lui de 2.000 à 20.000 entre janvier 2020 et mai 2021) et une progression de 600% de ses résultats par rapport aux européennes de 2019, l’avenir semble s’assombrir pour l’ancien bras droit de Marine Le Pen. Son siège désormais perdu à l’assemblée régionale constituait son dernier mandat électif.

Aujourd'hui, il lui reste ses 74.980 votes obtenus lors de ces régionales. Florian Philippot ne monnaye rien. Il s'est empressé de dire qu'il ne donnait aucune consignes de votes. "Rien ne nous satisfait dans l’offre du second tour" affirme t-il. Floriant Philippot met Jean Rottner, Laurent Jacobelli et Brigitte Klinkert dans le même sac.

Le challenge des présidentielles

Reste pour Florian Philippot une échéance essentielle : la présidentielle de 2022. Le n°1 des Patriotes entend bien y incarner la tendance souverainiste et promouvoir le "FREXIT" au sein de l’électorat français. La campagne présidentielle qui s’annonce représente peut-être la dernière chance de Florian Philippot pour rebondir sur la scène politique régionale et nationale.  

Il devra pour cela réunir les fameuses 500 signatures obligatoires pour se présenter et réaliser un score honorable au premier tour pour continuer à peser dans le paysage politique.  Faute de quoi, Les Patriotes et leur chef pourraient bien rejoindre la longue liste des partis politiques disparus avant même d’avoir pu remporter une quelconque élection.

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets