Sarreguemines : un lutteur sous haute surveillance

Depuis le 23 novembre 2015, Saïd Itaev est assigné à résidence dans son appartement de Sarreguemines. Le lutteur de haut niveau est impliqué dans une enquête antiterroriste. Mais le club de lutte local a obtenu qu'il puisse participer aux championnats de France par équipes, à Soissons.

Début décembre, Manuel Valls donnait le chiffre de 354 assignations à résidence dans le cadre de l'état d'urgence. Saïd Itaev est l'un d'eux. Depuis quatre semaines, ce lutteur d'origine tchétchène doit rester dans son appartement de Sarreguemines de 20 heures à 6 heures du matin, mais aussi pointer trois fois par jour au commissariat de la ville. Comme un vulgaire militant écolo.
La notification d’assignation à résidence invoque

des raisons sérieuses de penser que l’intéressé joue le rôle de recruteur de combattants djihadistes »

Présenté par ce document comme un « militant tchétchène », Itaev « effectue depuis plusieurs mois des allers-retours entre la France, l’Ukraine et la Turquie à des fins indéterminées ». Lors de l'un de ces voyages, une douzaine d'exemplaires du Coran ont été trouvés dans sa voiture lors d'un contrôle à la frontière (polonaise) de l'UE. L'un de ses compagnons de route était "connu pour évoluer en périphérie de la mouvance indépendantiste tchétchène".

L'avocate d'Itaev a saisi le tribunal administratif de Strasbourg. Elle dénonce une confusion totale entre "militant tchétchène" et "djihadiste".

Vous croyez que les Tchétchènes présents en France ne sont pas tous militants ? Je rappelle qu'ils ont fui la guerre !"  Me Bayreuther-Minkov, avocate, au "Républicain Lorrain".

"On parle de Coran : je croyais que c'était un livre saint. S'il avait été question de Bible, on aurait dit quoi ?" ajoute-t-elle . 

Joint par Le Monde, Itaev est philosophe : « J’attends que la justice fasse son travail. Moi, ça fait treize ans que je vis en France, je vis dans ce pays pour sa démocratie, pour la liberté, l’égalité, la fraternité. Je suis là pour l’accueil que la France m’a offert. » 
Né à Grozny, capitale de la Tchétchénie, Saïd Itaev a commencé sa carrière comme réfugié politique en Ukraine. Il y décroche un titre de vice-champion du monde de lutte juniors, en 1999.
Il arrive en France en 2003. Naturalisé en 2007, il passe du club d'Orléans à celui de Sarreguemines.


De haute lutte

Le Sarreguemines Lutte a du bagarrer pour obtenir une dérogation préfectorale. Son lutteur d'élite a pu s'absenter une journée pour combattre aux championnats de France par équipes à Soissons. Ce qui n'a pas empêché le club mosellan de s'incliner en finale contre Besançon, leader de la discipline.
durée de la vidéo : 00h01mn09s
Saïd Itaev pourra participer aux championnats de France ©France 3 Lorraine