Coronavirus: les restaurateurs de Thionville cuisinent pour les soignants de l'hôpital Bel-Air

Chaque jour, un restaurateur de Thionville cuisine 50 plats chauds pour les soignants de l'hôpital Bel-Air, avec un dessert ! / © Eric Molodtzoff/France Télévisions
Chaque jour, un restaurateur de Thionville cuisine 50 plats chauds pour les soignants de l'hôpital Bel-Air, avec un dessert ! / © Eric Molodtzoff/France Télévisions

Dès la fin de leur activité sur décision du Premier Ministre Edouard Philippe, une vingtaine de restaurateurs de Thionville se sont organisés pour chacun à leur tour livrer 50 repas chaque jour aux soignants de l'hôpital de Bel-Air: c'est leur façon à eux d'encourager le personnel hospitalier.

Par Emmanuel Bouard

Adil Soudani ne mâche ni ses mots, ni son enthousiasme.
Ce restaurateur très connu des gastronomes mosellans n’a pas hésité longtemps avant de se lancer dans l’aventure: "le samedi soir j’ai entendu le Premier Ministre dire qu’il fallait fermer nos établissements, ok… Mais moi dès le dimanche matin je me faisais déjà chier! Alors j’ai créé un groupe sur Facebook: #merendreutile parce que je ne voulais pas rester inactif face à la situation, explique le cuisinier tout en saupoudrant d’épices les morceaux d’agneaux qui vont rejoindre le four. "Et rapidement j’ai reçu l’appel d’une infirmière de Bel-Air qui m’a demandé s’il était possible de préparer des plats chauds pour les soignants, parce qu’ils devaient se contenter de sandwiches la plupart du temps. J’ai pris mon téléphone, j’ai appelé mon confrère Lionel Gallois et c’était parti".
Adil cuisine l'une de ses spécialités, apprise à l'école hôtelière de Marrakech : le ragout d'agneaux, cuit à 86° toute la nuit. / © Adil Soudani
Adil cuisine l'une de ses spécialités, apprise à l'école hôtelière de Marrakech : le ragout d'agneaux, cuit à 86° toute la nuit. / © Adil Soudani

Réseau

En deux heures, les deux complices réunissent autour d’eux une vingtaine de restaurateurs de Thionville et des environs. Adil fait marcher son réseau, reçoit de la marchandise offerte par ses fournisseurs, mais aussi par les boulangers et les maraîchers du coin, et même sa famille s’y met: sa femme et ses enfants, Inès et Elias, investissent la cuisine pour confectionner des tiramisus!

Depuis, quand il n’est pas au piano, il est sur les routes toute la journée pour récupérer des denrées, du chocolat, des yaourts… Qui viendront agrémenter les plateaux repas. "On a dû s’adapter, parce que la restauration collective c’est une autre monde. Quand on s’est pointé le premier jour à l’hôpital, on a dû apprendre tout de suite les contraintes de température, de stockage etc.", explique Frédéric Sichet, un ami de la bande, directeur d’un grand magasin dans le civil, et responsable bénévole des livraisons avec son camion frigorifique: "je bosse dans la grande distribution, je suis ni infirmier ni médecin, mais je veux me rendre utilise également, alors les livraisons je sais faire".

Bénévole

"On a pris un coup de massue sur le crâne avec la fermeture de nos établissements c’est sûr, et quand on a fait les paies de mars, on s’est tous demandé comment on allait faire pour survivre. Mais on a vite mis ça de côté pour se remettre au piano et se rendre utile. Déjà ça nous permet de garder la main, et ensuite c’est notre façon à nous les professionnels de la restauration, d’applaudir les soignants, de leur témoigner notre reconnaissance et notre soutien", témoigne Lionel Gallois, chef d’un restaurant très connu de Thionville. C’est lui qui a mis à disposition de tous ses confrères sa cellule de refroidissement rapide, qui permet de maintenir les plats à 4°, la norme dans la restauration collective. C’est de chez lui que partent toutes les livraisons, après un expresso vite avalé, pour livrer à 11h30 pile tous les matins à Bel-Air.
Les restaurateurs solidaires ont mis en place un système de livraison quotidien, effectué par des bénévoles. / © Adil Soudani
Les restaurateurs solidaires ont mis en place un système de livraison quotidien, effectué par des bénévoles. / © Adil Soudani
Les restaurateurs solidaires se sont organisés par roulement jusqu’au 15 avril, chacun cuisine l’après-midi les plats qui seront livrés le lendemain aux infirmières de réanimation, et aux internes de l’hôpital Bel-Air, "mais on pourra tenir plus longtemps" ajoute Adil, "chaque jour j’ai des appels de confrères qui veulent rejoindre le mouvement, soit en cuisinant, soit en offrant des produits, soit en faisant des dons financiers qui sont directement ajoutés au compte que nous avons auprès d’un distributeur chez qui nous allons chercher ce qui manque".

Quand Fred arrive à l’hôpital, il est attendu comme le Messie : "c’est quoi au menu aujourd’hui ?" est la première phrase qui l’attend, et tout de suite après "merci pour ce que vous faites".
Ils cuisinent chaque jour pour les soignants de Thionville
Une vingtaine de restaurateurs de Thionville se sont réunis pour cuisiner chaque jour 50 repas à destination des soignants de l'hôpital Bel-Air. - France 3 Lorraine - Emmanuel Bouard/Eric Molodtzoff/Ludovic Debruyne/Jérôme Choffart
Adil reste modeste, l’humilité chevillée au corps: "c’est pas avec 50 repas qu’on va nourrir l’hôpital, on n’est pas dupe. Notre but, c’est de les soutenir moralement avec nos petits plats, de leur dire, on est avec vous, on pense à vous. Aucun d’entre nous ne veut tirer la couverture à lui, on n’a pas besoin de ça pour remplir nos restaurants après le confinement, on travaille déjà très bien".
 

Sur le même sujet

Les + Lus