Droit de retrait des cheminots, la galère continue ce samedi en Lorraine : peu de TER, pas de Ouigo

Un TER sur deux circule en Lorraine / © jean-Christophe Panek - France 3 Lorraine
Un TER sur deux circule en Lorraine / © jean-Christophe Panek - France 3 Lorraine

La circulation des trains restent limitée ce samedi 19 octobre à Nancy, Metz et partout en Lorraine, en raison du droit de retrait exercé par les conducteurs SNCF, après l'accident survenu mercredi sur un passage à niveau dans les Ardennes. Le détail dans l'article.

Par LD avec JCDR

Un TER sur deux en moyenne c'est ce qu'espèrent direction et usagers de la SNCF et ce qui semble le plus proche de la réalité ce samedi 19 octobre 2019 sur les lignes TER en Lorraine.
Il est difficile d'annoncer très en amont la circulation réelle des trains régionaux car c'est souvent peu de temps avant le départ prévu que les conducteurs annoncent exercer leur droit de retrait pour "risque de danger grave et imminent". Un train annoncé peut donc subitement être annulé. 
En revanche les TGV "low-cost" (à bas prix, NDLR) Ouigo sont tous annulés ce samedi en France. Toutefois, les TGV classiques à l'arrivée et au départ des gares lorraines et de Luxembourg devraient tous circuler aujourd'hui.

La situation pourrait rester la même dimanche et se poursuivre la semaine prochaine. ce qui inquiète grandement les usagers car si en France les vacances de la Toussaint ont commencé, ce n'est pas le cas au Luxembourg.

Enquête demandée

Vendredi en fin d'après-midi, le secrétaire d’état aux Transports, Jean-Baptiste Djebbari a annoncé sur Twitter qu'il demandait au Bureau d’Enquête sur les Accidents de Transport Terrestre (BEAT) d’ouvrir "une procédure sans délai pour disposer des éléments liés à l’accident d’un TER et un convoi routier mercredi."
Pour votre information, consultez, si vous devez voyager en train en lorraine, le fil Twitter du compteTER Grand Est.

Grosse galère vendredi

Seul un TER sur deux en moyenne circulait ce vendredi 18 octobre 2019 en Lorraine suite à un mouvement inopiné des cheminots qui ont exercé leur droit de retrait.
Le mouvement, lancé dans plusieurs régions dont le Grand-Est, intervient après une collision entre un convoi exceptionnel et un TER, à Saint-Pierre-sur-Vence dans les Ardennes mercredi 16 octobre 2019.
L'axe TER Nancy-Metz-Luxembourg est fortement touché, encore en soirée.
Plusieurs bus de substitution ont été mis en place.
Peu d'affichage en gare de nancy sur le mouvement des cheminots. / © jean-Christophe Panek - France 3 Lorraine
Peu d'affichage en gare de nancy sur le mouvement des cheminots. / © jean-Christophe Panek - France 3 Lorraine

"Danger grave et imminent"

C'est en s'appuyant sur le risque d'un "danger grave et imminent" que les conducteurs ont spontanément, vendredi matin en Lorraine, refusé de prendre le volant de leurs locomotives.
Ils estiment que les conditions dans lesquelles s'effectuent leur service est devenu tellement dégradé qu'ils ne peuvent plus assurer la sécurité de leurs passagers et la leur. Ils en veulent pour preuve l'accident des Ardennes: faute d'un contrôleur à bord de la rame, c'est le conducteur, blessé dans l'accident qui a du gérer l'alerte et les secours.

Par communiqué, le secteur fédéral CGT des Cheminots de Lorraine "demande à ce que le Conseil Régional Grand Est, à qui appartient la compétence décisionnelle d’équipement des trains régionaux, (les) reçoive et qu’il entende (leurs) revendications et force la direction d’entreprise à les appliquer.""Une gêne insupportable"
Mais pour la direction de la SNCF qui s'est exprimée à la mi-journée par communiqué, "Il n’y a aucun danger grave et imminent dans la circulation des trains."
"L’entreprise souligne vigoureusement que cette grève, sans préavis, est totalement irrégulière Elle provoque une gêne insupportable pour des millions d’usagers à travers toute la France." En conséquence, la SNCF appelle à la reprise d'un service normal. L'entreprise précise qu'elle est prête "à examiner en détail toutes les inquiétudes qui lui sont adressées par les organisations syndicales." Elle annonce des réunion de concertation dès ce vendredi sur les questions de sécurité et de sûreté à l'échelle régionale et nationale.

Mais pour Sud Rail, les propositions de la SNCF sont insuffisantes:

Poursuite du mouvement

En attendant, le mouvement se poursuivait ce vendredi à la mi-journée et d'autres trains sont susceptibles d'être impactés dans les prochaines heures.

Enquête demandée

Vendredi en fin d'après-midi, le secrétaire d’état aux Transports, Jean-Baptiste Djebbari a annoncé sur Twitter qu'il demandait au Bureau d’Enquête sur les Accidents de Transport Terrestre (BEAT) d’ouvrir "une procédure sans délai pour disposer des éléments liés à l’accident d’un TER et un convoi routier mercredi."

Pour votre information, consultez, si vous devez voyager en train en lorraine, le fil Twitter du compteTER Grand Est.
 

A lire aussi

Sur le même sujet

Le dépannage de la voiture de gendarmerie

Les + Lus