• MÉTÉO
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • DÉCOUVERTE
  • FAITS DIVERS

Nouvelle journée de mobilisation des lycéens en Alsace: des incidents à Mulhouse et Strasbourg

Le cortège de manifestants est arrivé devant le lycée Kléber vers 11h, sous bonne garde. / © Astrid Servent / France 3 Alsace
Le cortège de manifestants est arrivé devant le lycée Kléber vers 11h, sous bonne garde. / © Astrid Servent / France 3 Alsace

La protestation s'intensifie parmi les lycéens alsaciens. Dans le Haut-Rhin, les manifestations ont dégénéré en affrontements à Mulhouse. D'autres rassemblements signalés à Thann, Cernay, Colmar ou Guebwiller. Dans le Bas-Rhin, on compte des manifestations à Strasbourg, à Molsheim et Haguenau.

Par Daniel Gerner

Vendredi, la contestation lycéenne se poursuit en Alsace. Plusieurs incidents et actes de vandalismes sont à déplorer notamment à Mulhouse, où deux policiers ont été blessés. Au total, les forces de l'ordre ont procédé à 41 interpellations dans le Haut-Rhin et le Bas-Rhin.

Mulhouse, 17h

Un nouveau bilan de la préfecture du Haut-Rhin indique que 33 interpellations ont été réalisées vendredi par la police et la gendarmerie, dont 29 à Mulhouse où plusieurs actes de vandalismes et départs de feu ont été signalés. Selon le communiqué, la situation est "relativement calme" dans le reste du département. La maire Michèle Lutz a également condamné les violences et en appelle "à la responsabilité des manifestants, comme à celle des parents, pour que des faits similaires ne se reproduisent pas." Les moyens de la police municipale sont renforcés.

En outre, la manifestation du Téléthon prévue ce samedi en centre-ville est reportée.

A Colmar, une délégation de lycéens issus de plusieurs établissements a été reçue en préfecture par le directeur de cabinet du préfet en début d'après-midi.

Le président de la région Grand Est Jean Rottner a remercié dans un tweet les "forces de sécurité qui gardent leur sang froid et font preuve de beaucoup de professionnalisme" et adressé ses voeux de "prompts rétablissements" au policier blessé à Mulhouse.

Strasbourg, 14h

La préfecture du Bas-Rhin annonce dans un communiqué l'interpellation et le placement en garde à vue de huit personnes, six en marge des manifestations à Strasbourg et deux à Haguenau, pour des faits "principalement de violences sur agents de la force publique et/ou jets de projectiles." Le préfet recense par ailleurs dans ces deux villes six blessés, dont trois policiers.


Mulhouse, 12h30

Le préfet du Haut-Rhin a annoncé lors d'une conférence de presse à la mi-journée dix-sept interpellations sur l'ensemble du département. Deux policiers ont été blessés lors des affrontements, notamment à Mulhouse. Dix personnes ont été prises en charge par les secours et transportées à l'hôpital. Le préfet a évoqué des dégâts matériels limités : quelques feux de poubelles et vitrines brisées. La situation était encore tendue à midi. La plupart des manifestants s'étaient dispersés, mais des groupes de casseurs arpentaient encore le centre-ville. La préfecture a en outre annoncé l'annulation de la marche pour le climat prévue samedi à Mulhouse.


Strasbourg, 11h

Dans l'Eurométropole, les lycéens d'Emile Mathis de Schiltigheim ont rejoint Marc Bloch à Bischheim. Apparemment les grilles avait été fermées, empêchant les intrusions mais aussi les sorties pour rejoindre le cortège. Environ deux cents élèves ont rejoint le lycée Kléber vers 11h avant de se disperser en plusieurs groupes, perturbant la circulation du tramway.
 
Les lycéens de Marc Bloch en lutte. / © Astrid Servent / France 3 Alsace
Les lycéens de Marc Bloch en lutte. / © Astrid Servent / France 3 Alsace


Les forces de l'ordre sont présentes en nombre. Les manifestants font état d'altercations parfois musclées. Un noyau dur, derrière une banderole noire, cherchait visiblement la confrontation. Une jeune fille aurait reçu un coup de matraque. Notre équipe fait état d'au moins trois interpellations en marge des manifestations.
 


Mulhouse, 9h30

Dans le Haut-Rhin, le cortège lycéen à Mulhouse a donné lieu à plusieurs incidents importants. Un policier a été heurté et grièvement blessé par une moto. L'individu a été interpellé. Le marché de Noël de Mulhouse a été temporairement fermé.
 

Suite aux incidents en cours dans @acstrasbourg, notamment à Mulhouse liés aux manifestations lycéennes la rectrice @sophiebejean et tous les proviseurs appellent au calme, à la prudence et à la vigilance de tous @Prefet67 @Prefet68 @EducationFrance

— Académie Strasbourg (@acstrasbourg) 7 décembre 2018
La préfecture fait état de rassemblement Thann, Cernay, Colmar ou Guebwiller. La rectrice de l'académie de Strasbourg appelle au calme
 
Devant les grilles du lycée Meck à Molsheim: les manifestants appellent les autres lycéeens à les rejoindre. / © Olivier Stéphan / France 3 Alsace
Devant les grilles du lycée Meck à Molsheim: les manifestants appellent les autres lycéeens à les rejoindre. / © Olivier Stéphan / France 3 Alsace


Dans le Bas-Rhin, une interpellation a été signalée par nos confrères des DNA à Haguenau. A Molsheim, la mobilisation aurait commencé au lycée Louis Marchal. Un cortège a rejoint le lycée professionnel Camille Schneider, puis le lycée Henri Meck. Sur place un cordon de gendarmerie garantissait l'accès au lycée pour les élèves non grévistes. Quelques 200 lycéens se sont ensuite dirigés vers le centre-ville de Molsheim, avec un crochet par rond-point où sont installés les gilets jaunes. "Quand on voit nos parents en difficulté, ça nous met en colère. On se dit qu'ils font tout pour nous. Et quand on les voit ramer, qu'on ne peut pas faire de sorties en familles parce que c'est trop cher, on essaye de leur montrer qu'on est avec eux", raconte Cassandra, lycéenne à Louis Marchal.
 
Des gendarmes présents devant le lycée Meck à Molsheim pour encadrer la manifestation. / © Olivier Stéphan / France 3 Alsace
Des gendarmes présents devant le lycée Meck à Molsheim pour encadrer la manifestation. / © Olivier Stéphan / France 3 Alsace

Parmi les slogans, assez peu de mentions du système de sélection Parcour'Sup ou du manque de moyens accordés à l'Education Nationale. Mais des "Macron, démission" repris en coeur...

A lire aussi

Sur le même sujet

REIMS. Gilets jaunes et forains

Les + Lus