Les pédiatres du Bas-Rhin favorables au retour à l'école : "L'école est rassurante pour les enfants"

Par la voix de son président, le docteur Yves Alambik, le groupement des pédiatres du Bas-Rhin se dit favorable au retour à l'école de tous les enfants. Pour lui, les conditions sanitaires sont réunies : il y a très peu de risques de contaminations. Et les enfants ont besoin du cadre scolaire.

Retrouver l'école devrait rassurer les enfants, leur redonner un cadre, estiment les pédiatres. D'autant que pour les plus petits, les exigences de distanciation ont été assouplies, même si les gestes barrières doivent rester dans les habitudes.
Retrouver l'école devrait rassurer les enfants, leur redonner un cadre, estiment les pédiatres. D'autant que pour les plus petits, les exigences de distanciation ont été assouplies, même si les gestes barrières doivent rester dans les habitudes. © Alexandre Marchi/MaxPPP

Le retour, obligatoire, de tous les enfants en classe ce lundi 22 juin, annoncé par Emmanuel Macron dans son allocution du 14 juin, fait polémique, à deux semaines des vacances d'été. Le protocole sanitaire a certes été allégé, mais certains parents et enseignants s'inquiètent encore des risques pris, des conditions de reprise et de la pertinence d'une telle rentrée pour une période si courte. 

Le groupement des pédiatres du Bas-Rhin, qui rassemble une centaine de praticiens libéraux et des services hospitaliers, se dit très favorable à cette rentrée généralisée. Son président, Yves Alambik, nous explique pourquoi.

Il reste seulement 15 jours d'école. Est-ce que ça vaut vraiment le coup d'y retourner?

"C'est le bon moment à plus d'un titre. Nous sommes dans une période de sécurité au niveau des contaminations : il y a extrêmement peu d'enfants contaminés et d'enfants contaminants. On peut donc aussi rassurer les enseignants : ils ont très peu de risques d'être contaminés au contact des enfants.

Bien sûr, continuons à porter le masque : les enseignants en premier lieu, mais aussi les collégiens, et pourquoi pas les enfants entre 6 et 11 ans. Maintenons les habitudes de nettoyage, de désinfection des surfaces de contact, la distanciation sociale aussi, mais sans exagération. Nous avons le rôle d'apprendre les gestes barrières aux enfants, et ils sont capables de les intégrer sans problème."

Le protocole s'est assoupli, mais pour les pédiatres du Bas-Rhin, par la voix de leur président, le port du masque au collège, voire même à l'école primaire, reste une bonne idée.
Le protocole s'est assoupli, mais pour les pédiatres du Bas-Rhin, par la voix de leur président, le port du masque au collège, voire même à l'école primaire, reste une bonne idée. © Alexandre Marchi/MaxPPP

"Les enfants doivent retrouver des habitudes éducatives : réapprendre à être assis, écouter l'enseignant, dans la durée, prendre le temps d'être attentifs. Retrouver le rythme des activités en journée, et des soirées où on se couche tôt. Le cadre scolaire est important pour les enfants."

N'est-ce pas déstabilisant pour les plus petits, un retour si proche des vacances?

"Non, au contraire. Ils vont retrouver des habitudes. Ils sauront aussi qu'après les grandes vacances, ils retrouveront l'école. Quinze jours, c'est peut-être court, mais c'est rassurant pour eux de savoir que l'école est là, normale, et qu'elle sera encore là après l'été. Ils ont besoin d'être rassurés."

Et leur santé? Ils ne prennent aucun risque de tomber malade?

"Les parents sont inquiets et c'est normal. Mais pour les rassurer, sachez que dans tous les cabinets de pédiatrie, nous avons fait des études, les informations sont remontées : il n'y a quasiment pas d'enfants malades. De quoi que ce soit. Concernant le Covid19, à chaque fois qu'on a cherché le virus chez les enfants, on ne l'a pas trouvé. On n'a pas d'enfant atteint du Covid. On espère bien sûr que ça va durer, qu'il n'y aura pas de deuxième vague, mais aujourd'hui, en juin 2020, on peut assurer qu'il n'y a pas de danger à ce que les enfants reprennent l'école correctement. 

Nous allons évidemment continuer de suivre l'évolution des enfants et nous avons aussi besoin de ce retour à l'école pour avoir des données, assurer une veille sanitaire en situation "de vie réelle", pour pouvoir préparer la rentrée de septembre, savoir si des ajustements sont nécessaires, si certaines précautions sont superflues ou d'autres à envisager. "

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
déconfinement société éducation rentrée scolaire santé
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter