Retour à l’école après le confinement : les conseils d’un pédopsychiatre favorable à cette reprise

Les enfants pourront reprendre le chemin de l’école de manière échelonnée dès la semaine du 11 mai. Mais l’école d’après confinement ne sera pas celle d’hier. Comment préparer votre enfant à cette reprise si particulière ? Voici les conseils du docteur Sauveur Ferrara, pédopsychiatre à Albi
 

© Miryam Brisse
« Le confinement peut avoir des effets terribles pour le développement des enfants, notamment des plus jeunes », le pédopsychiatre Sauveur Ferrara ne cache pas qu’il est favorable au retour des enfants à l’école. Il a également discuté avec la communauté des pédiatres qui préconise elle aussi une reprise de l’enseignement en établissement scolaire.

Le contact avec les autres, essentiel au développement des plus petits


Psychologiquement, il est même essentiel selon lui que les plus petits retrouvent leurs camarades et leurs enseignants. « Entre 3 et 5 ans, c’est l’âge de la socialisation. » Même si dans de nombreuses familles on a pu mettre en place des moyens de communications pour conserver le lien rien ne remplace le contact physique. « l’apprentissage de l’autre, c’est l’apprentissage de soi. » L’absence de contact avec les autres pourrait donc avoir un impact sur le futur individu que deviendra l’enfant.

De nouvelles règles à apprendre

L’école ne sera pas celle qu’ont quitté les élèves. Il y aura de nouvelles règles. Des gestes barrières, des distances à respecter, des mains à laver plus souvent. « Il n’est pas gênant de définir de nouvelles règles. On apprend bien aux enfants à ne pas taper, tirer les cheveux… Ces règles peuvent s’apprendre sous forme de jeu. Cette fois il s’agit de protéger les plus âgés et ils peuvent le comprendre. »

Les responsabiliser serait même positif pour le spécialiste. « C’est un accélérateur de maturation. » Ils feront ainsi attention à leurs aînés, ce qui n’était pas dans leurs habitudes. 

Ils auront acquis le sens de la responsabilité sociale.

Selon les établissements, l’école n’aura pas lieu tous les jours ou toute la journée, de nouveaux rythmes seront mis en place. « Là encore, ce n’est pas gênant. C’est pour les adultes que c’est plus difficile...

La flexibilité des enfants est légendaire.

Le message pédagogique du port du masque par les enseignants


Le port du masque par les adultes entourant les enfants ne serait pas un frein à l’enseignement, selon Sauveur Ferrara. « Les yeux et la voix restent expressifs, tout comme le comportement de l’enseignant. Porter un masque renvoie même un message positif et pédagogique pour les enfants. Seuls les adultes en ont besoin. Vous, vous êtes protégés ». Des enfants moins vulnérables au virus, et donc plus fort que les adultes, voilà de quoi rassurer et plaire aux plus jeunes.

Mais que dire aux enfants qui ne voudraient pas aller à l’école ? Sauveur Ferrara est assez clair : « il faut leur dire que chacun a l’obligation de retourner à son poste. Pour les enfants il s’agit d’aller à l’école et d’apprendre ».

Parler aux enfants


Avant le jour j de la reprise, le spécialiste conseille de parler aux enfants. De revenir sur l’historique de la pandémie, d’évoquer les gestes barrières, sur la manière de se protéger et de protéger les autres. « On peut aussi expliquer à l’enfant ce que l’on a appris de tout cela. Il y a une plus-value sociale que l’on peut partager. » Par exemple, prendre soin les uns des autres.



 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
archives archives archives archives archives archives archives
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter