Pilote d'avion et aveugle, Olivier Koebel réussit à traverser la Méditerranée, une première

Avec son co-pilote Marc Degermann, Olivier Koebel, mal-voyant, avait décollé de l'aéroport de Strasbourg-Entzheim ce mercredi 26 septembre. Objectif: rallier Casablanca. L'atterrissage a eu lieu peu après midi ce vendredi 28 septembre. Fatigué, mais heureux, il nous donne quelques nouvelles. 
L'avion d'Olivier Koebel s'est posé ce vendredi 28 septembre à l'aéroport de Casablanca Tit Mellil
L'avion d'Olivier Koebel s'est posé ce vendredi 28 septembre à l'aéroport de Casablanca Tit Mellil © Marc Degermann
"Cà y est! On a atterri! A Casablanca, il fait 29° et tout va bien!". La voix est un peu fatiguée mais Olivier Koebel est heureux: il vient de réaliser un de ses rêves. Prouver que l'on peut traverser la Méditerranée en pilotant son avion, tout en étant aveugle. A 43 ans, ce kinésithérapeute de Hoenheim, est le premier pilote malvoyant à réaliser un tel exploit. 


Il s'est lancé dans ce projet avec Marc Degermann, formateur et co-pilote au Cercle aéronautique de Strasbourg-Entzheim. Plusieurs mois de préparation pour parvenir à boucler cette aventure aussi sportive qu'humaine. Son objectif : montrer aux amateurs de sports mécaniques que, même sans la vue, on peut y parvenir.
 
Strasbourg-Casablanca ralliée en 13 heures de vol par Olivier Koebel et son co-pilote Marc Degermann
Strasbourg-Casablanca ralliée en 13 heures de vol par Olivier Koebel et son co-pilote Marc Degermann © Marc Degermann


Au total, depuis son départ de Strasbourg ce mercredi 25 septembre et jusqu'à son atterrissage ce vendredi 28 septembre, il aura effectué treize heures de vol. Il arrive à l'aérodrome de Casablanca Tit Mellil avec une demi-journée de retard sur le planning prévu initialement. Le plan de vol a dû s'adapter aux conditions météorologiques.


Sur place, il doit rencontrer les étudiants en kinésithérapie et l'Association de Réadaptation des Déficients Visuels, avant de reprendre le manche de son avion lundi 1er octobre pour amorcer le retour sur Strasbourg. 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
handicap société aviation économie aéronautique