• MÉTÉO
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • DÉCOUVERTE
  • FAITS DIVERS

Le Premier ministre annonce la création d'une “collectivité européenne d'Alsace” pour 2021

Signature de la création de la collectivité européenne d'Alsace ce lundi. / © Raphaël Schellenberger. Twitter
Signature de la création de la collectivité européenne d'Alsace ce lundi. / © Raphaël Schellenberger. Twitter

Ce lundi, à Matignon, le Premier ministre Edouard Philippe a annoncé la création d'une nouvelle collectivité d'Alsace. Son nom: collectivité européenne d'Alsace. Elle verra le jour en 2021. 

 

Par Catherine Munsch et AR

"Nous avons essayé de faire du cousu main pour l'Alsace." Tels ont été les premiers mots du Premier ministre Edouard Philippe ce lundi soir à 18h20, à Matignon. L'accord signé entre le gouvernement et les élus alsaciens prévoit de fusionner les deux départements : le Bas-Rhin et le Haut-Rhin, tout en élargissant les compétences de la nouvelle entité.
 
Des compétences "particulières et supplémentaires" a précisé le Premier ministre, notamment dans quatre domaines : le transfrontalier, le bilinguisme, le tourisme, les transports. Un effort important a été fait pour transférer la responsabilité du réseau de routes nationales à la nouvelle collectivité. Le Premier ministre Edouard Philippe a précisé que "la loi précèderait la délibération des conseils départementaux et que le processus sera conclu par un décret en Conseil d’Etat. C'est une bonne nouvelle pour la sécurité du processus".

Le document signé par le gouvernement et les élus alsaciens

"Cette déclaration d'une dizaine de pages est un commencement qui marque le début de la construction d'un nouveau modèle", a exposé le Premier ministre. Le cadre fixé au début, à savoir l'intégrité de la région Grand Est a été respecté s'est félicité Edouard Philippe. 
 
 

Un grand jour pour l'Alsace 

"C'est un grand jour pour l'Alsace, je dirais même un jour historique puisque l'Alsace revient et l'Alsace revient par la grande porte. En effet, l'Alsace n'existait plus, l'Alsace renaît. L'Alsace n'était plus prise en compte avec ses spécificités. La nouvelle collectivité va être le laboratoire européen et innovant de la France en Europe, s'est félicitée Brigitte Klinkert, la présidente du département du Haut-Rhin. Cette collectivité d'Alsace va apporter beaucoup plus de proximité, pour l'emploi par exemple, ou pour les plaques d'immatriculation qui pourront de nouveau avoir le logo de l'Alsace ou pour les fédérations sportives, culturelles qui pourront choisir entre le Grand Est et l'Alsace, donc vraiment du concret."
 


Jean Rottner, le président de la région Grand Est a lui aussi exprimé sa satisfaction : "Ce soir, je suis particulièrement serein et heureux. C'est vrai qu'on m'a peu entendu dans ce dossier, mais parce que j'ai refusé de monter sur le ring, préférant travailler. Aujourd'hui, la région Grand Est n'est en rien atteinte à la fois dans son périmètre géographique et dans son périmètre de compétence. Si l'Alsace peut être la tête de pont d'une réforme des territoires en France, c'est du gagnant-gagnant."

​​​​​"Nous vivons un moment historique. Avec une rapidité sans précédent dans la Ve République, a tweeté de son côté Vincent Thiébaut, député bas-rhinois LREM de la 9e circonscription. Le président de la République Emmanuel Macron, le Premier ministre Edouard Philippe ont su, avec conviction, organiser le consensus au sujet de la nouvelle collectivité d'Alsace. Cet accord pose un cadre audacieux, a-t-il poursuivi sur Twitter, Vincent Thiébaut. Il est précurseur d'une Alsace réunie et maître de ses destins par l'attribution à la collectivité européenne d’Alsace de compétences particulières, supplémentaires et spécifiques. Martine Wonner, Thierry Michels et Bruno Studer, députés LaRem, s'associent et se félicitent de cet accord et de la création de la nouvelle Collectivité Européenne d'Alsace."

 
Réaction également enthousiaste, via un communiqué, des trois parlementaires alsaciens d'Agir - la Droite constructive, Olivier Becht, député du Haut-Rhin, Antoine Herth, député du Bas-Rhin et Fabienne Keller, sénatrice du Bas-Rhin : "Nous nous réjouissons de cette avancée majeure pour notre territoire qui répond concrètement au “désir d’Alsace” exprimé par de nombreux Alsaciens. Les futures compétences de la Collectivité Européenne d'Alsace, basées sur le transfrontalier et la proximité, mettent en valeur la dimension rhénane de notre territoire et nous permettront de bâtir ensemble l’avenir de l’Alsace."

Le maire PS de Strasbourg, Roland Ries se félicite tout autant : "Je me réjouis qu’un accord in fine ait pu être trouvé et la dénomination même de la future collectivité illustre le rôle européen tout particulier, que doivent jouer Strasbourg et l’Alsace."

Raphaël Schellenberger, député LR du Haut-Rhin, membre de la commission des Lois a tweeté : "La déclaration commune pour la création d’une collectivité européenne d’Alsace est un premier pas vers une renaissance de notre région. Il faut maintenant jour après jour continuer à convaincre et prouver la pertinence de l’ Alsace !"

Revoir la conférence de presse à Matignon ce lundi soir:

 

A lire aussi

Sur le même sujet

Les avantages de l'achat groupé de fioul

Les + Lus