Prise d’otage d'une surveillante à la prison de Villenauxe-la-Grande

© François Nascimbeni / AFP
© François Nascimbeni / AFP

Un jeune détenu du centre de détention de Villenauxe-la-Grande a retenu en otage une surveillante une partie de la matinée. Ce preneur d’otage âgé de 21 ans, demandait son transfert vers un autre établissement. La surveillante n’a pas été blessée physiquement.

Par France 3 CA

Tout a débuté vers 8h30 lorsqu’une jeune surveillante a été tirée en arrière par un détenu au moment de l’ouverture des portes de la cellule, tout en la menaçant avec une fourchette.

Ce détenu avait été notifié la veille qu’il allait bénéficier d’une peine supplémentaire (de 12 à 18 mois), alors qu’il était libérable en juillet. Il demandait alors son transfert vers un autre centre de détention. Il était détenu pour des faits de droit commun (vols). Dans un communiqué, la direction de l’administration pénitentiaire du ministère de la Justice indique que ce détenu est "condamné en correctionnel, et qu'il n’est pas incarcéré pour faits de terrorisme, ni suivi au titre de la radicalisation. Le climat en détention est décrit comme calme."

Les ERIS (Équipes régionales d'intervention et de sécurité) étaient sur place. C’est bien un négociateur de cette équipe pénitentiaire qui a mené les négociations tout au long de l’intervention. Ces équipes ont permis la libération de l’otage sans conditions. Wilfried Fonk, Secrétaire National de l’UFAP-UNSA, indique que les ERIS travaillent « avec un grand professionnalisme ».
A cette occasion il rappelle les revendications de réorganisation du système pénitencier. A savoir, que les agents ne doivent plus jamais être seul, mais bien travailler en binôme afin d’assurer leur sécurité mutuelle.

Dans un communiqué, la direction de l’administration pénitentiaire du Ministère de la Justice indique que « le preneur d’otage a été placé en garde à vue immédiatement à la brigade territoriale de gendarmerie de Villenauxe. » Elle ajoute que « la Justice donnera les suites qu’il appartiendra à ce grave incident de détention. L’administration pénitentiaire prendra pour sa part les sanctions disciplinaires qui s’imposent. »

Nicole Belloubet, Garde des Sceaux, ministre de la Justice, adresse à la surveillante son soutien très chaleureux et salue le sang-froid et le grand professionnalisme, dans ces circonstances, des personnels de Villenauxe et de l’ERIS de Paris.

Pour mémoire, une précédente prise d’otage s’était déroulée à la même période l’année dernière (lire notre article ci-dessous).

A lire aussi

Sur le même sujet

Extrait "Paroles de flic, un passé stupéfiant" - Le prix de l'héroïne

Les + Lus