Rencontre avec le haut-marnais Hubert Charuel, nommé 8 fois aux Césars 2018 pour “Petit Paysan”

© France 3 Champagne-Ardenne / T. Le Roux
© France 3 Champagne-Ardenne / T. Le Roux

Originaire de Droyes en Haute-Marne, fils d'éleveur laitier, le réalisateur Hubert Charuel a vu son film, "Petit Paysan", nommé huit fois aux Césars 2018, notamment dans les catégories Meilleur premier film, Meilleur réalisateur ou Meilleur scénario. Nous l'avons rencontré, là où tout a commencé.

Par C. Lang avec T. Le Roux

Hubert Charuel, originaire de Droyes en Haute-Marne, est installé à Paris depuis une dizaine d'années. Il revient au moins une fois par mois dans la ferme haut-marnaise de ses parents, aujourd'hui retraités de l'élevage, même si sa mère, Sylvaine, a tout de même gardé une Prim'Holstein de compagnie parfois un peu revêche.

Diplômé de la FEMIS, une école de cinéma réputée, Hubert Charuel a réussi, avec "Petit Paysan", à embarquer toute son équipe dans le monde dans lequel il a grandi. Et le tournage, au sein même de la ferme familiale, pourrait facilement remporter le César du Meilleur souvenir, où en tout cas du souvenir le plus marquant. La scène de la mise à bas d'un petit veau a, par exemple, ému toute l'équipe. 

"C'est vrai que de voir un acteur mettre au monde un veau, et surtout de voir les réactions de l'équipe, où après, tout le monde a parlé que de ça pendant 6 semaines, parce qu'ils se sont dit "On a vu un veau naître", je me suis rendu compte à quel point c'était rare pour la majorité des gens, donc ça, ça m'a touché.", explique le réalisateur. 

Les parents d'Hubert Charuel étaient eux aussi comédiens dans le film, ils étaient déjà retraités à l'époque du tournage. Mais, eux n'ont pas vécu le retour des Prim'Holstein dans le rôle des figurantes de la même façon que l'équipe. Un mélange d'appréhension et d'excitation à l'idée de se replonger dans leur métier, le tout couronné par une fierté sans faille pour le travail de leur fils. Même si les sentiments qu'ils portent au film, à la fois dur et tendre, sont relativement contrastés :

"Ce n'est pas un film politique, mais c'est quand même un film qui montre un peu la solitude des agriculteurs. Tous ceux qui ont la petite cinquantaine, là, autour de nous, sont quand même célibataires...C'est triste de ne pas avoir de suite, comme ça. Nous, [Hubert, ndlr] n'a pas repris l'exploitation, mais il est là !", raconte Sylvaine Charuel.


8 nominations aux Césars

Pour Hubert Charuel en tout cas, les 8 nominations de "Petit Paysan" aux Césars 2018 ont été une formidable surprise. Le film a en effet été nommé dans les catégories Meilleur film, Meilleur acteur, Meilleur actrice dans un second rôle, Meilleur réalisateur, Meilleur premier film, Meilleure musique originale, Meilleur montage et Meilleur scénario, une histoire qu'Hubert Charuel a co-écrite avec sa compagne Claude Le Pape.

Alors pour le Haut-Marnais, le reste serait du bonus : "Moi je suis juste hyper fier que l'on soit nommés en face de Nakache-Toledano [Le Sens de la fête], Albert Dupontel [Au-revoir là-haut], Mathieu Amalric [Barbara], Robin Campillo [120 battements par minute]... J'ai regardé les films de ces cinéastes-là depuis que je suis petit, donc c'est déjà une immense fierté d'être nommés à leurs côtés, après les récompenses... Là, je suis déjà largement récompensé !"

Actuellement, Hubert Charuel est au montage pour un documentaire tourné pendant les derniers mois de travail de sa mère. Un nouvel hommage au monde agricole… En attendant, la 43e cérémonie de Césars, programmée le 2 mars prochain Salle Pleyel à Paris et diffusée sur Canal + peut lui réserver de belles surprises.

Voir notre reportage : 

 

Sur le même sujet

toute l'actu cinéma

Les + Lus